•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de célébrations en groupe pour le temps des Fêtes en Ontario

Des décorations de Noël et un masque suspendus à une corde.

Le gouvernement conseille aux Ontariens de célébrer les traditionnelles fêtes de fin d'année de manière virtuelle.

Photo : getty images/istockphoto / Sergey Chayko

Radio-Canada

Les Ontariens devront célébrer leurs fêtes de fin d'année avec les personnes vivant dans leur foyer. Les personnes vivant seules peuvent envisager célébrer exclusivement avec un autre ménage, a présenté Doug Ford mercredi après-midi.

Le premier ministre de l'Ontario, qui avait abordé un petit Noël la semaine dernière, a insisté sur le fait que le temps des Fêtes devra se tenir en comité restreint.

Peu importe l'endroit où vous résidez dans la province, la façon la plus sécuritaire de passer les Fêtes cette année consiste à célébrer en personne uniquement avec ceux qui habitent avec vous et de façon virtuelle avec toute autre personne.

Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Le gouvernement prévoit de mettre en ligne un nouveau site Internet dans lequel sera inscrite toute une série de lignes directrices destinées à ce que les particuliers puissent planifier une saison des Fêtes sécuritaire.

Quelques activités sécuritaires ont d'ores et déjà été présentées par le gouvernement ontarien, comme les balades en extérieur, les visites au père Noël, toujours hors des espaces clos et en respectant 2 m de distance, des ateliers de décorations ou encore de cuisine à la maison.

Ces consignes visent à enrayer la propagation de la COVID-19 dans la province, qui a enregistré 1373 nouvelles contaminations au coronavirus et 35 morts mercredi.

Nous devons trouver de nouvelles façons de célébrer et de souligner ces occasions spéciales, a appuyé le Dr David Williams, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario.

À l'heure actuelle, différentes restrictions sont en vigueur dans la province, selon les régions.

Toronto et la région de Peel sont en zone grise, le niveau de confinement le plus élevé, ce qui signifie notamment qu'il est interdit de se rassembler à l'intérieur avec qui que ce soit qui n'habite pas normalement sous le même toit.

Par ailleurs, les commerces et les restaurants sont restreints aux commandes à emporter et aux livraisons. À ce propos, Doug Ford a enjoint les particuliers à effectuer leurs achats de Noël auprès des petites entreprises, durement touchées par les restrictions actuelles.

Limiter nos contacts le plus possible

Mercredi, le maire de Toronto, John Tory, a dit en entrevue à CP24 qu'il s'attendait à des consignes strictes de la province pour le temps des Fêtes.

Pour lui, même si le nombre de nouveaux cas de COVID-19 diminue d'ici Noël, le fait de permettre de gros rassemblements pendant les Fêtes pourrait mener à une autre flambée des infections.

Nous devons être solidaires et limiter nos contacts le plus possible, rappelle la médecin hygiéniste en chef de Toronto, la Dre Eileen de Villa, en entrevue à CBC mercredi.

À Ottawa, la chef de la santé publique, la Dre Vera Etches, demande elle aussi à tous de fêter seulement avec les membres de leur foyer. C'est une année où je recommande que nous n'allons pas voyager, disait-elle, mardi.

Des différences notables avec le Québec

Le Québec autorise deux réunions familiales d'au plus dix personnes entre le 24 et le 27 décembre, mais demande à la population d'éviter tout rassemblement durant le reste de la période des Fêtes, y compris pour le jour de l'An.

La consigne du gouvernement Legault s'accompagne également du suivi d'une quarantaine une semaine avant puis une semaine après ces réunions familiales.

Pour le virologue Hugues Loemba, de l'Hôpital Montfort d'Ottawa, il est tout à fait plausible que certaines personnes ne vont pas appliquer à la lettre ce contrat moral qui leur a été proposé. Cela s'accompagne d'un risque d'une flambée des nouveaux cas après les fêtes, selon lui.

L’incubation de la COVID-19 dure en moyenne une semaine. Après exposition, les symptômes peuvent commencer environ entre le 5e et le 7e jour. Donc, il se peut que certaines personnes qui se seraient exposées à Noël, puissent passer cette semaine d’auto-isolement alors qu’elles sont encore dans leur période d’incubation. Et après cette semaine d’incubation, ils vont retourner dans leurs activités au moment où les symptômes vont commencer.

Dr Hugues Loemba, virologue à l'Hôpital Montfort

La professeure à l'École de santé publique Dalla Lana de l'Université de Toronto et pédiatre Anna Banerji recommande plutôt de rester chez soi carrément cette année.

Elle souligne que le virus continue de se propager rapidement, même dans des régions qui avaient été épargnées par la première vague.

Pour plusieurs, c'est décourageant d'entendre ça, mais si le nombre d'hospitalisations et de patients aux soins intensifs continuent d'augmenter, nous pourrions nous retrouver à un point critique où les hôpitaux ne pourront plus accepter de patients et des gens mourront.

Anna Banerji, professeure en santé publique

Elle incite les Ontariens à se tourner vers les rassemblements virtuels cette année.

Elle déplore le fait que les autorités ne transmettent pas toutes ce même message au pays pour freiner la pandémie.

Santé Canada presse aussi les Canadiens à ne pas avoir de rassemblement avec des personnes d'un autre ménage.

Une bonne directive, selon le Dr Loemba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !