•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Un chercheur craint que la Saskatchewan ne vive le scénario manitobain

Un centre de dépistage au volant.

La Saskatchewan connaît une forte hausse des cas d'infections à la COVID-19 depuis quelques semaines.

Photo : Radio-Canada / Rob Kruk

Radio-Canada

Le nombre élevé de nouveaux cas que l'on recense chaque jour en Saskatchewan inquiète un expert et chercheur, qui croit que la province ne suive les traces du Manitoba, qui connaît une forte hausse des cas d’infection.

Jason Kindrachuk, un professeur associé et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les virus émergents de l'Université du Manitoba, s'inquiète de voir le nombre croissant de nouveaux cas en Saskatchewan.

La situation est analogue à celle qu'a vécue le Manitoba pendant le mois de septembre et d’octobre, précise-t-il : Une hausse graduelle de nouveaux cas qui ne s'estompe pas et qui finit par devenir incontrôlable.

Originaire de Winnipeg, Jason Kindrachuk travaille à la mise au point d’un vaccin contre la COVID-19, au laboratoire de VIDO-Intervac de Saskatoon.

Ce qui suscite de la crainte chez lui, c’est que la situation en Saskatchewan ne semble pas vouloir s’estomper.

Quand on voit les cas exploser et que cela devient la norme, c’est inquiétant. Ça veut dire que le virus est bien implanté dans la communauté.

Jason Kindrachuk, titulaire, Chaire de recherche du Canada sur les virus émergents

Récemment, le médecin hygiéniste en chef du Manitoba, Brent Roussin, affirmait que les services de soins de santé de la province étaient surchargés. Il ajoutait que le système de santé ne peut soutenir un tel nombre [d’infections] .

Jason Kindrachuk souligne que, si les autorités de la Saskatchewan s'assurent que tous les patients atteints de la COVID-19 reçoivent une aide adéquate des services de santé, la province peut encore éviter le scénario du Manitoba.

La priorité du gouvernement, ce devrait être de continuer d’assurer la sécurité du personnel en soins de santé et de garantir un accès aux soins pour toutes les personnes susceptibles d’avoir contracté la maladie pour obtenir un traitement adéquat, dit-il en entrevue.

Le NPD espère l'adoption de plus de mesures

Par ailleurs, le chef de l’opposition, Ryan Meili, demande au gouvernement de la Saskatchewan de mettre sur pied sans attendre un comité multisectoriel regroupant des experts issus de différents horizons.

Le comité aurait comme responsabilité de résoudre le problème de l'augmentation des cas d'infections dans la province, une invitation qu’il lance au gouvernement de Scott Moe.

C’est le moment de travailler ensemble afin de résoudre ce problème-là, explique-t-il, en faisant référence à l'importante hausse survenue en Saskatchewan depuis quelques semaines.

Le gouvernement doit être conscient que la gestion de la crise deviendra un véritable casse-tête si la situation ne change pas, dit-il.

On ne peut pas continuer comme ça. On va perdre trop de vies, on va générer beaucoup de problèmes pour l'économie. Il est vraiment important d'agir maintenant.

Ryan Meili, chef de l'opposition

Ryan Meili appelle encore une fois le gouvernement à mettre en place aussi rapidement que possible un confinement temporaire de deux à trois semaines afin de ralentir la propagation du virus.

Avec des informations de Grégory Wilson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !