•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Affiche de l'hôpital de Roberval

L'Hôpital de Roberval a 100 ans.

Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean passe au niveau d’alerte 4, ce qui signifie un délestage de services plus grand, afin de se concentrer sur les services jugés essentiels et urgents.

Il s'agit du niveau d'alerte maximal, ce qui témoigne du fait que la situation s'aggrave dans le réseau de la santé de la région. Les centres hospitaliers de Chicoutimi, de Jonquière, d’Alma et de Roberval prendront donc en charge les usagers déclarés positifs à la COVID-19 et qui doivent être hospitalisés.

Afin d’offrir les soins nécessaires aux personnes atteintes de la COVID-19, dont le nombre continue de croître dans la région, le CIUSSS met en place une zone chaude à l’hôpital de Roberval.

Cette zone dédiée aux patients atteints du coronavirus aura une capacité d’accueil de sept lits. Il en existe une de taille similaire à l’hôpital de Jonquière, mise en place la semaine dernière. Des zones chaudes sont aussi établies dans les hôpitaux d'Alma et de Chicoutimi.

La situation relative au nombre grandissant d’usagers atteints de la COVID-19 qui nécessitent une hospitalisation, la faible marge de manœuvre dont on dispose en matière de disponibilité des ressources humaines et la situation épidémiologique dans la région amènent l’établissement à prendre les dispositions nécessaires pour assurer la prise en charge hospitalière des patients souffrant de la COVID-19 et le maintien des services essentiels , peut-on lire dans un communiqué diffusé par la direction des communications du CIUSSS régional.

Actuellement, 192 employés du réseau de la santé sont absents, ce qui place une pression énorme sur le réseau. Mardi, 104 cas supplémentaires se sont ajoutés au bilan régional. La région déplore sept décès de plus.

Le directeur régional de la santé publique, le Dr Donald Aubin, a précisé, que le niveau d'alerte 4, le plus élevé dans l'échelle de gradation, provoque la réorganisation des services en raison d'une situation assez importante.

On a quand même beaucoup de lits qui sont actifs actuellement et qui sont occupés par des cas de COVID. Il y en a 57 au moment où on se parle. Il y en a qui sont en psychiatrie, il y en a cinq qui sont aux soins intensifs. Mais ça donne quand même un bon nombre de lits qui sont occupés par de la problématique COVID donc ça nous pousse, pour réussir à maintenir l’ensemble de nos activités autrement et c’est ce qu’on appelle le niveau 4. , a expliqué le Dr Aubin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !