•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une adolescence partagée entre Lévis et les Coupes du monde de ski

Olivia Asselin entame sa deuxième saison dans le circuit de la Coupe du monde de ski libre malgré la pandémie

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Olivia Asselin dans les airs après un saut, les skis croisés.

Olivia Asselin lors de la Coupe du Monde de Modène, en Italie, début novembre.

Photo : Courtoisie Olivia Asselin

À seulement 16 ans, Olivia Asselin entame sa deuxième saison sur le circuit de la Coupe du monde de ski libre. Pandémie oblige, la jeune prodige de Lévis devra toutefois passer de longs mois à un océan de distance de sa famille, cet hiver.

Rencontrée mardi au Centre Acrobatx de Lac-Beauport, où une rampe a été aménagée pour permettre aux athlètes de pratiquer des trucs sur un petit module, l’adolescente était heureuse de retrouver la neige.

Elle vient de finir une période de quarantaine de deux semaines au domicile familial de Pintendre, de retour d’un mois et demi passé dans les Alpes suisses, puis en Italie en camp d’entraînement.

C'est l’occasion pour la spécialiste de grand saut et de descente acrobatique (slopestyle) d’essayer pour la première fois sur la neige des sauts pratiqués sur des rampes d’eau et des coussins d’air, cet été.

Ça faisait sept mois qu'on n'avait pas été sur la neige. Ça m'a pris quelques jours à me réhabituer et me remettre dedans, avoue-t-elle à propos de son séjour à Saas Fee avec l’équipe canadienne.

Olivia Asselin en entrevue devant une rampe d'entraînement

Olivia Asselin est de retour à la maison après un camp d'entraînement en Suisse avec l'équipe canadienne.

Photo : Radio-Canada

Retrouver la vie normale

En principe, Olivia Asselin aurait commencé à enchaîner les compétitions à ce moment-ci de l’année. Après des débuts fulgurants, à 15 ans, l’hiver dernier, où elle a signé deux tops 9 à ses deux premières Coupes du monde, la skieuse a maintenant sa place à temps plein sur le circuit sénior.

La pandémie de COVID-19 vient toutefois bousculer le début de saison. Normalement, j’aurais fait toutes les Coupes du monde. On aurait voyagé. Là, on n'est jamais sûr. Il y a des compétitions qui sont annulées vraiment à la dernière minute.

La situation est toutefois loin d’abattre la jeune athlète qui peut profiter de quelques mois presque normaux dans la vie d’une adolescente. Elle suit des cours de conduite, va à l’école et pourra bientôt arpenter les pentes de la station Le Relais avec ses amies et son petit frère Rémi, lui aussi un espoir canadien en ski libre.

C’est toujours mes journées préférées quand je suis au Relais avec mes amis et je fais juste skier pour le plaisir.

La skieuse Olivia Asselin

En Europe durant tout l’hiver

La neige ne saurait donc arriver assez vite à Lac-Beauport. C’est qu’Olivia Asselin doit en profiter. Le 5 janvier, elle s’envolera pour le plus long voyage de sa jeune carrière. Elle fera vraisemblablement son retour à la compétition en Autriche, puis elle demeurera près de trois mois avec l’équipe canadienne dans le circuit de la Coupe du monde.

On ne peut pas revenir entre les compétitions comme ce serait trop compliqué avec les périodes de quarantaine, explique-t-elle.

Qu’à cela ne tienne, la skieuse se sent prête pour cet exil professionnel où elle tentera de continuer à faire sa place parmi l’élite mondiale.

Mes trucs sont vraiment plus constants maintenant. J’espère surtout avoir du plaisir, mais j’aimerais ça faire plus de finales cette année. Je pense que je suis capable de les faire à chaque compétition. Et un podium, peut-être, on ne sait jamais.

(Avec les informations de Jean-Philippe Martin)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !