•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le jeu vidéo Star Citizen sera en partie produit à Montréal

Une ville futuriste où se croisent des vaisseaux spatiaux, avec un bâtiment à l'avant-plan affichant le nom Astro Armada.

«Star Citizen» est un jeu d’exploration et de colonisation spatiales avec des combats de vaisseaux et de tir à la première personne.

Photo : Robert Space Industries

Radio-Canada

Le concepteur de sites web Turbulent ajoute une nouvelle corde à son arc en ouvrant à Montréal un nouveau studio de jeux vidéo AAA qui se consacre à des titres de science-fiction. Et l’entreprise n’aura pas n’importe quel projet à piloter : celui du jeu vidéo de simulation massivement multijoueur Star Citizen.

L’entreprise montréalaise Turbulent n’en est pas à sa première collaboration avec Cloud Imperium Games (CIG), la boîte derrière le jeu vidéo qui compte déjà des studios en Allemagne, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Depuis huit ans, elle assure le développement de la présence web de Star Citizen et crée des publications sur les différentes plateformes du jeu.

Cette fois-ci, c’est un tout nouveau rôle que se fait donner le concepteur de sites web. Le studio devra plancher sur des outils de développement et de nouveaux points d’intérêt pour les systèmes stellaires de l’univers de Star Citizen.

La commande est pilotée par Benoît Beauséjour et son équipe, composée notamment d’anciens d’Ubisoft tels que le producteur Guillaume Voghel, le directeur artistique Pierre-Luc Boulais et le concepteur de jeux vidéo Louis Rousseau.

Le recrutement a déjà commencé du côté de Turbulent, qui compte embaucher une équipe de 100 développeurs et développeuses d’ici trois ans pour mener ce projet.

Un jeu vidéo qui marque l’histoire

Le jeu d’exploration et de colonisation spatiales, avec des combats de vaisseaux et de tir à la première personne, est souvent cité comme le jeu vidéo le plus ambitieux issu du sociofinancement.

À raison : sa campagne, amorcée en 2012, avait au départ pour objectif d’amasser 500 000 $. Aujourd’hui, c’est plutôt 323,7 M$ US (Nouvelle fenêtre) (420,5 M$ CA) qui ont été récoltés, marquant l’histoire avec le plus important budget de développement pour un jeu vidéo.

Ce modèle s’est par ailleurs attiré les foudres des personnes qui y ont contribué, notamment en raison de retards dans les livraisons et de ses promesses non respectées.

Les internautes peuvent déjà jouer au jeu dans sa phase alpha, car ce dernier est en développement ouvert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !