•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bars, restos : le fonds d'aide de Québec est déjà vide au centre-ville de Montréal

Il n'y a plus d'argent disponible pour les PME du secteur qui ont dû cesser leurs activités, a appris Radio-Canada. La Ville et le gouvernement se renvoient la balle.

Une femme passe devant la façade d'un restaurant où une pancarte indique qu'il est fermé.

Montréal demande l'envoi rapide de 10 millions de dollars pour continuer d'aider les entreprises comme les restaurants et les bars.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L'enveloppe fournie par Québec pour aider les entreprises touchées par des restrictions au centre-ville de Montréal est épuisée. Des PME ont appris lundi qu'elles devraient patienter jusqu'en janvier pour voir la couleur de l'argent. Ce sera finalement une attente jusqu'à la mi-décembre, car la Ville de Montréal avancera les 10 millions de dollars supplémentaires qu'elle attend de Québec.

J'ai le plaisir de vous informer que votre demande de financement a été approuvée. Le début de la lettre reçue lundi par des propriétaires de bars et de restaurants semblait annoncer de bonnes nouvelles. Mais la suite du message de PME MTL, le réseau de soutien aux entreprises de la Ville de Montréal, les a fait déchanter.

L'enveloppe budgétaire initiale étant maintenant épuisée, nous recevrons après la période des Fêtes une enveloppe additionnelle nous permettant de donner suite à votre demande. Au cours du mois de janvier, vous recevrez [...] une convention de prêt spécifiant le montant accordé.

Extrait de la lettre envoyée par PME MTL Centre-Ville à des entrepreneurs, lundi

C’est pas demain ou en janvier que l’argent doit être disponible, c’est hier que ça devait l’être, réagit le vice-président pour le Québec de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), François Vincent.

Des cinémas, des bars, des gyms ou encore des restaurants fermés depuis le 1er octobre attendent désespérément de l'aide financière depuis près de deux mois.

Selon la FCEI, la moitié des entreprises craignent de ne pas passer au travers d'une deuxième vague de récession économique.

Montréal demande l'envoi rapide de 10 millions de dollars

Un bar vide avec des tables séparées par des panneaux de plexiglas.

Les salles de restaurants et les bars sont fermés depuis le 1er octobre en zone rouge.

Photo : Radio-Canada / Carla Oliveira

Pour comprendre ce qu'il se passe dans le dossier, il faut remonter à la source du financement. L'argent provient de Québec, mais ce sont les municipalités qui le distribuent.

L'enveloppe dont il est question s'appelle l'Aide aux entreprises en régions en alerte maximale (Nouvelle fenêtre) (AERAM). Elle a été annoncée par le gouvernement Legault dans la foulée des fermetures du 1er octobre. Il s'agit d'un volet du Fonds créé par Québec en avril, durant la première vague : le Programme d'aide d'urgence aux petites et moyennes entreprises (Nouvelle fenêtre) (PAUPME).

Le PAUPME offre une possibilité de prêt jusqu'à 50 000 $. L'AERAM permet de ne pas rembourser jusqu'à 80 % de ce prêt.

Selon nos informations, le problème vient du fait que ce fonds a déjà été très sollicité par les entrepreneurs montréalais alors que la première vague frappait surtout la métropole. L'enveloppe dévolue au centre-ville était donc déjà bien entamée au moment de la deuxième vague, contrairement aux autres régions.

D'ailleurs, la Fédération québécoise des municipalités confirme que le problème ne se pose pas ailleurs.

Montréal estime que l'enveloppe doit être rapidement renflouée de 10 millions de dollars.

Nous avons déjà fait part au gouvernement du Québec que c’était problématique que la somme de 10 millions de dollars ne soit pas disponible plus rapidement et c’est pourquoi nous avons décidé de l’avancer.

Geneviève Jutras, attachée de presse de la mairesse de Montréal

La Ville promet aux bars et aux restaurants que des sommes seront « disponibles avant Noël ».

Pourquoi pas plus tôt? Il faut nous permettre de passer par les instances du conseil municipal, explique Geneviève Jutras. Le prochain conseil est le 14 décembre.

L'argent est disponible affirme le gouvernement

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon.

Photo : Radio-Canada

Des sommes sont encore disponibles dans le programme PAUPME – AERAM pour les entreprises situées sur le territoire de la Ville de Montréal, répond par courriel le ministère de l'Économie du Québec.

En dehors du secteur centre-ville, il existe en effet d'autres pôles de services de PME MTL sur l'île de Montréal qui ont encore des fonds, mais l'argent ne serait pas transférable de l'un à l'autre.

C'est désolant de voir que PME MTL se ramasse avec cette patate chaude là, regrette Pierre Thibault, le président de la Nouvelle association des bars du Québec.

Il y a un problème de mécanique entre Québec et la municipalité.

Pierre Thibault, président de la Nouvelle association des bars du Québec

François Vincent, de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, ajoute qu'il est important de corriger le tir maintenant pour que l’aide soit accessible pour les PME.

L'aide fédérale arrive au bon moment

Lundi, le gouvernement fédéral a annoncé une nouvelle Subvention d'urgence du Canada pour le loyer (Nouvelle fenêtre) (SUCL), avec une aide rétroactive au 27 septembre. Les organismes qui ont fermé ou qui ont réduit leurs activités à cause des mesures sanitaires pourraient recevoir une aide pouvant aller jusqu’à 90 % de leurs dépenses locatives ou foncières admissibles.

Cette aide directe devrait venir pallier les besoins des PME en attendant que soit résolu l'imbroglio entre la Ville de Montréal et le gouvernement provincial.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !