•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les contrôles à la frontière labradorienne seront réévalués dans 2 semaines

Portrait de Lisa Dempster.

Lisa Dempster, ministre responsable du Labrador, affirme que le gouvernement provincial réévaluera les nouveaux contrôles frontaliers au Labrador dans deux semaines.

Photo : CBC / Peter Cowan

La ministre responsable du Labrador, Lisa Dempster, a affirmé que les nouvelles mesures à la frontière entre le Labrador et la Basse-Côte-Nord seront réévaluées dans deux semaines, au moment où le gouvernement provincial décidera s’il veut à nouveau joindre la bulle atlantique.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a annoncé lundi qu’il établit de nouveau un poste de contrôle frontalier entre Blanc-Sablon et L’Anse-au-clair pour limiter le flux des voyageurs. Dès jeudi, des forces de l'ordre seront sur place 24 h sur 24.

Les contrôles pour surveiller les déplacements à la frontière avaient été éliminés en juin, mais la ministre Dempster indique que le gouvernement prend toutes les précautions nécessaires après l’annonce d’un cas de COVID-19 à Blanc-Sablon en fin de semaine.

On ne saura jamais si on est trop prudent, mais on verra les impacts si on ne l’est pas.

Lisa Dempster, ministre responsable du Labrador

Les résidents de la Basse-Côte-Nord pourront toujours franchir la frontière pour des raisons essentielles, mais nous aurons désormais pris leurs informations, explique la ministre.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador avait indiqué lundi que la présence des postes de contrôle peut faciliter la recherche des contacts lors d’une éclosion.

Déception à Blanc-Sablon

Mais en Basse-Côte-Nord — une région qui a déjà des règles strictes pour les voyageurs — le retour des contrôles frontaliers sème la consternation.

Nous n’avons qu’un seul cas. C’est le seul cas qu’on a jamais eu. Alors, je ne vois pas pourquoi il faut absolument nous empêcher d'aller au Labrador, soutient Perry Barney, gestionnaire du supermarché Chez Barney. Je pense qu’il y a bien des gens ici qui se sentent comme moi.

Lucia Purcell, qui travaille à la quincaillerie locale Matériaux L P, souligne le déséquilibre qui existe entre les règles pour les Labradoriens et les Blanc-Sablonais.

Le village de Blanc-Sablon

Aucune route ne relie la municipalité de Blanc-Sablon au reste du Québec. (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Le Labrador nous empêche d’aller au Labrador. Mais ils peuvent venir ici. Ce n'est pas logique, affirme-t-elle.

La mairesse de Blanc-Sablon, Wanda Beaudoin, a affirmé lundi que les nouvelles règles sont prématurées.

Il y a beaucoup de monde de Blanc-Sablon dont leurs parents ou leur famille demeurent au Labrador. Ça a des effets au niveau des relations sociales, a-t-elle indiqué. Aussi, ça a un impact au niveau de l'économie, parce que beaucoup de monde, chez nous, allait magasiner au Labrador pour des services qui n'étaient pas disponibles au Québec. Et vice versa aussi.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador n’a pas annoncé de changements à la frontière entre Fermont et Labrador City, dans l’ouest du Labrador, où les contrôles 24 h sur 24 sont en place depuis avril dernier.

Ces contrôles dans l’ouest du labrador fonctionnent bien, indique Mme Dempster.

Il n’y a actuellement aucun cas actif à Fermont.

Avec les informations de CBC et de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !