•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réactions partagées après la nomination de la nouvelle directrice de Vitalité

La Dre France Desrosiers, v.-p. aux services médicaux et à la formation, Réseau de santé Vitalité.

La Dre France Desrosiers est la nouvelle présidente-directrice générale du Réseau de santé Vitalité

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

La nomination de la nouvelle PDG du Réseau de santé Vitalité, Dre France Desrosiers, suscite des réactions partagées au Nouveau-Brunswick. Si certains félicitent Mme Desrosiers, d'autres préfèrent attendre d'en savoir davantage sur son style de gestion avant de se prononcer.

Avant d'occuper des fonctions au sein de la direction du réseau, la Dre Desrosiers était médecin de famille. Elle occupait jusqu'ici les fonctions de vice-présidente aux services médicaux, à la formation et à la recherche au sein du réseau et a auparavant occupé les postes de médecin en chef régionale et de chef de service.

Trois dirigeants du Réseau de santé Vitalité dans une salle d'un hôpital.

France Desrosiers a fait partie de l'équipe de gestion de l'ancien PDG Gilles Lanteigne. De gauche à droite, Gilles Lanteigne, Jacques Duclos et France Desrosiers, le 6 février 2020.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Elle succède à Gilles Lanteigne qui a pris sa retraite récemment. Une firme externe avait été mandatée pour lui trouver un successeur.

Un accueil plutôt tiède

L'organisme Égalité Santé en français affirme que les défis qui attendent la nouvelle PDG sont nombreux et qu'elle aura rapidement l'occasion de montrer quel type de gestion elle compte implantée au sein du réseau.

Le secrétaire de l'organisme, Jacques Verge, soutient que des changements majeurs doivent être faits.

Il faut décentraliser la prise de décision. Il faut qu’il ait une direction locale au niveau de chaque institution. Il va falloir que le réseau reprenne une certaine crédibilité auprès des intervenants de toutes les régions. Il va falloir régler la crise du personnel. Il va falloir avoir évidemment plus de transparence au niveau du conseil, affirme Jacques Verge.

Jacques Verge, le 18 novembre 2020, par visioconférence.

Le secrétaire du groupe Égalité santé en français, Jacques Verge

Photo : Radio-Canada

De son côté, le comité Action H., qui se bat pour la sauvegarde de certains services à l’hôpital l’Enfant-Jésus de Caraquet, se méfie de cette nomination.

La porte-parole Louise Blanchard dénonce un manque de transparence au sein du réseau, ainsi qu'un manque de consultations par rapport à des décisions comme celle de fermer les urgences la nuit. Pour elle, c'est une question de vision.

Ça m'inquiète dans le sens que France Desrosiers a travaillé depuis les dernières années avec Gilles Lanteigne et Micheline Paulin. Je crois qu'elle partage la même vision que ces deux collègues. Nous on se dit on voulait avoir quelqu'un qui ne partageait pas la même vision de centralisation qui travaille avec la transparence et on espère qu'elle a une autre vision, explique Louise Blanchard.

Louise Blanchard en hiver devant l'affiche indiquant l'entrée de l'urgence.

Louise Blanchard, porte-parole du comité Action H. et vice-présidente de l’organisme Égalité santé en français

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Une ancienne membre du conseil d'administration de Vitalité, Norma McGraw, souhaite une amélioration de la culture organisationnelle.

Redonner confiance aux communautés pour montrer qu'elles sont engagées dans les changements qui vont s'annoncer dans les prochaines réformes. Voir s'il y a une possibilité de donner un peu plus d'autonomie administrative dans chacune des institutions. Selon mon expérience il manquait de transparence envers le public, croit Norma McGraw, qui a démissionné du conseil d'administration plus tôt cette année en signe de protestation.

Norma Mcgraw le 24 février 2019.

Norma Mcgraw a siégé au conseil d'administration de Vitalité jusqu'en février 2020.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

L’Association francophone des municipalités a pour sa part félicité Dre Desrosiers pour sa nomination et lui souhaite bon succès dans ses nouvelles fonctions. L'association souligne aussi l’importance pour Vitalité de travailler étroitement avec les municipalités.

La Société médicale s'est elle aussi dite heureuse de cette nomination. L'organisme souligne que son expérience de médecin en première ligne sera bénéfique pour le système de santé et les soins aux patients.

Arrivée en eaux houleuses

France Desrosiers arrive à la tête du réseau francophone dans un contexte mouvementé. Le gouvernement provincial a annoncé vouloir mettre de l'avant une réforme en santé dans un avenir rapproché.

Le premier ministre Blaine Higgs a évoqué aussi à l'occasion de son discours du trône, vouloir éliminer le dédoublement des services en santé.

L'année dernière, une réforme des services d'urgence avait avorté devant le tollé causé par la fermeture des urgences de nuit dans six hôpitaux ruraux. Ces changements avaient été approuvés par les dirigeants des deux réseaux de santé.

Citoyens rassemblés devant un hôpital.

Rassemblement devant l’Hôpital de l'Enfant-Jésus le 17 février 2020 à Caraquet, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

La nouvelle PDG devra aussi affronter des défis criants dans le système de santé, et ce, en pleine pandémie de COVID-19. France Desrosiers devra entre autres s'attaquer à la pénurie de personnel criante dans l'ensemble du réseau de la santé, mais particulièrement dans le nord de la province.

La Dre Desrosiers n'accordera pas d'entrevues aux médias cette semaine selon un porte-parole.

Avec des informations de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !