•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loïc Rancourt, la perle défensive du programme football des Phénix de Nicolas-Gatineau

Le secondeur est courtisé par toutes les équipes collégiales de premier plan au Québec.

Un joueur de football s'apprête à botter le ballon au début d'une rencontre.

Loïc Rancourt (numéro 7 sur la photo) est courtisé par les meilleurs programmes de football collégial au Québec.

Photo : Gracieuseté Éric Charbonneau / Phénix de Nicolas-Gatineau

La cuvée 2020 du Phénix football de Nicolas-Gatineau pourrait être un grand millésime. Pas moins de 18 joueurs devraient poursuivre leur carrière dans les rangs collégiaux l’an prochain. Parmi eux, le joueur défensif Loïc Rancourt est le plus sollicité. 

Le jeune joueur a été courtisé par environ 20 équipes. Toutes les formations de 1ere et 2e division du Québec souhaitent attirer le secondeur chez eux. 

C’est flatteur de voir que les Cégeps sont intéressés en moi, c’est vraiment le fun, raconte le jeune homme en ajoutant que son téléphone ne dérougit pas depuis que les programmes collégiaux ont le droit d’entrer en contact avec les joueurs. 

Un joueur de football prend la pause sur un terrain.

Le secondeur Loïc Rancourt est courtisé par de nombreuses équipes collégiales.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Son entraîneur chez les juvéniles ne tarit pas d’éloges envers lui. Il parle même du meilleur joueur défensif de l’histoire du programme des Phénix, qui ont pourtant déjà envoyé 48 joueurs dans les rangs collégiaux lors des trois dernières saisons.

Il est un joueur spécial! Quand je le décris aux entraîneurs, je dis que c’est un « sure shot ». Je vois pas comment il pourrait flancher au prochain niveau.

Jonathan Noël, responsable du programme des Phénix de Nicolas-Gatineau

Les statistiques parlent pour le jeune homme. À sa dernière saison complète, en 2019, il a réalisé 60 plaqués, 5 sacs du quart, et 2 interceptions en plus de forcer 2 échappées en seulement 8 matchs. Il a poursuivi sur cette lancée dans cette saison écourtée en réalisant notamment une interception contre St-Alexandre dans une de ses deux seules rencontres. 

C’est un entraîneur de plus sur le terrain. Il sait ce que l'offensive va faire avant qu'elle ne le sache. Il regarde le quart arrière et avec l’étude des vidéos et ce que les entraîneurs lui dont dit, il est en avance sur lui, poursuit Jonathan Noël. 

Des joueurs et des entraîneurs de football regardent un match des lignes de côté.

L'entraîneur-chef des Phénix de Nicolas-Gatineau juvénile, Jonathan Noël (à droite sur la photo).

Photo : Gracieuseté Roch Lambert / Phénix de Nicolas-Gatineau

Un talent hors du commun explique cette facilité, mais aussi un travail acharné. Loïc Rancourt fait tous les efforts nécessaires pour progresser depuis cinq ans à Nicolas-Gatineau.

Je suis un gars qui regarde mon livre de jeu. Je suis tout le temps premier sur le contact. Les joueurs savent qu’ils peuvent me faire confiance. J’ai une bonne vision du jeu et je peux jouer à plusieurs positions, ajoute le joueur. 

Dans quel programme aller? 

Le joueur des Phénix a donc l’embarras du choix pour la suite de sa carrière scolaire. Même s’il est courtisé par les Griffons du Cégep de l’Outaouais, le joueur défensif, qui rêve d’être policier, semble davantage attiré par les programmes de Garneau et Notre-Dame-de-Foy. Son désir de jouer en première division semble vouloir l’emporter. 

C'est vraiment là qu'on va trouver les plus gros gabarits et les joueurs avec le plus de talent. C’est une très bonne compétition et ça va me préparer pour le prochain niveau, souligne Rancourt, qui se considère prêt physiquement avec ses 6 pieds 2 (1m89) et 200 livres (91kg). 

Des joueurs de football disputent une partie en automne.

Une partie entre le Phénix de Nicolas-Gatineau et les Tigres d'Hormisdas-Gamelin dans le secteur de Buckingham

Photo : Radio-Canada / Kim Vallière

Au-delà du physique, son entraîneur croit qu’il a toutes les qualités mentales pour faire le saut sur une équipe de pointe au collégial. 

Il applique tout de suite les consignes des entraîneurs. Il a joué sept saisons ici en arrivant aux mini-Phénix et il a toujours été le meilleur joueur sur la défensive, sans exception. C'est ca qui fait de lui un joueur élite, dit Noël, 

Rancourt est issue d’une famille sportive. Son frère aîné, Charles-Olivier, a fait le camp des Remparts de Québec au hockey junior, alors que son plus jeune frère, Mathis, s’aligne dans la structure de l’Intrépide. Son père a aménagé un gymnase à la maison afin que les enfants poursuivent leur entraînement pendant la pandémie. 

Le jeune homme est aussi un étudiant appliqué. Il a conservé une moyenne générale de 85% pendant son parcours à l’école secondaire. Le Cégep qui réussira à l’attirer mettra peut-être la main sur une future vedette défensive des rangs collégiaux québécois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !