•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Relâchement des mesures en Europe à l'approche des Fêtes

L'Organisation mondiale de la santé croit qu'un Noël en petit comité, sans grande réunion de famille, reste « la meilleure option » pour une majorité de pays en ces temps de pandémie.

Une femme marche près d'arbres illuminés.

Une femme marche sur le boulevard Unter den Linden, au coeur de Berlin, où les arbres sont illuminés en prévision des Fêtes.

Photo : Getty Images / Maja Hitij

Radio-Canada

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, entre autres, ont annoncé un relâchement des mesures sanitaires à l'approche des fêtes de Noël et du Nouvel An, allant à l'encontre des réserves exprimées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

En Allemagne, les Länder plaident mardi pour une limitation à 10 personnes issues de plusieurs foyers le nombre de participants aux fêtes de Noël et du Nouvel An pour éviter des infections à la COVID-19.

Les enfants de moins de 14 ans ne seraient toutefois pas comptabilisés dans la mise en place de ces restrictions, selon un relevé de propositions adopté lundi soir par les dirigeants des Länder et qui sera discuté mercredi avec le gouvernement fédéral d'Angela Merkel.

Cette restriction serait en vigueur du 23 décembre au 1er janvier, proposent les régions, qui conseillent une mise en quarantaine des participants avant et après ces fêtes, comme cela a été proposé au Québec.

Les régions se prononcent en outre contre l'interdiction pure et simple des pétards et feux d'artifice autour du 31 décembre, sujet très débattu ces jours-ci en Allemagne, où l'usage par les particuliers d'engins pyrotechniques surpuissants génère des millions d'euros de dépenses.

Ces mesures seront avalisées ou amendées mercredi lors d'une discussion avec la chancelière allemande, qui donnera une conférence de presse dans l'après-midi.

Trois foyers maximum au Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, trois foyers différents pourront se rassembler au même endroit et uniquement sur une période de cinq jours maximum, du 23 au 27 décembre, et les familles pourront se déplacer dans le pays.

Ces bulles seront l'occasion pour les gens de rencontrer des amis proches et de la famille de manière très restreinte afin de s'assurer que ceux que nous aimons puissent être à nos côtés en cette période spéciale, mais seulement pour une période limitée, a déclaré le ministre britannique Michael Gove, chargé de la coordination de l'action gouvernementale.

Le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi, après quatre semaines de reconfinement en Angleterre, que les magasins non essentiels vont rouvrir, et les Anglais pourront désormais se réunir à six, au maximum.

Allègement progressif en France

Mardi, le président français, Emmanuel Macron, a lui aussi fait plusieurs annonces.

Les petits commerces pourront rouvrir samedi, jusqu'à 21 h. Jusqu'ici limités à un rayon de 1 km autour du domicile et pour une durée maximale d'une heure, les déplacements seront autorisés jusqu'à 20 km, pendant 3 heures.

Dès le 15 décembre, et si la situation sanitaire le permet, les Français pourront à nouveau se déplacer entre régions pour fêter Noël. À cette même date, les salles de cinéma, théâtres et musées pourront aussi reprendre leurs activités.

Toutefois, un couvre-feu de 21 h à 7 h du matin sera mis en place, sauf pour les soirs du 24 et du 31 décembre.

Par ailleurs, le président Macron a indiqué que la vaccination contre la COVID-19 ne serait pas obligatoire.

Un Noël en petit comité, selon l'OMS

Ces différents allègements en prévision des Fêtes ne réjouissent pas l'OMS, qui prône un Noël en petit comité, sans grande réunion de famille.

C'est incroyablement difficile parce que, particulièrement pendant la période des Fêtes, nous voulons vraiment être avec notre famille. Mais dans certains cas, ne pas avoir de réunion de famille est l'option la plus sûre.

Maria Van Kerkhove, chargée de la gestion de la pandémie à l'OMS

Pour elle, une célébration commune par visioconférence pourrait être la solution.

La question est : contrôlez-vous assez la maladie et pouvez-vous donner aux gens un peu plus de liberté pour la période de Noël, qui peut générer de la confiance et donner de la joie, ce dont les gens ont grandement besoin, sans permettre au virus de se déchaîner? a ajouté son collègue Michael Ryan.

Selon lui, c'est aux autorités de trouver le juste équilibre entre les risques pour la santé et les risques sociaux et économiques liés aux restrictions en pleine période des Fêtes.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !