•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rouyn-Noranda souhaite élaborer plus d’outils pour les nouveaux arrivants

Un homme sourit en regardant au loin sur la couverture d'un guide intitulé Bienvenue à Rouyn-Noranda.

Le guide des nouveaux Rouynorandiens a été révisé et mis à jour en début d'année 2020 (archives).

Photo : Ville de Rouyn-Noranda/Mélissa Dubé

Lors de la séance du conseil municipal de Rouyn-Noranda lundi soir, les élus ont réaffirmé la volonté de la Ville d’attirer et de retenir davantage de nouveaux Rouynorandiens.

Ils ont adopté une résolution pour faire une demande de soutien financier d’un peu plus de 38 000 $ au ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI).

La conseillère municipale du district Centre-ville de Rouyn-Noranda, Claudette Carignan, indique que ce plan d’action bonifierait les mesures déjà en place pour soutenir les nouveaux arrivants, comme la journée d’accueil des nouveaux Rouynorandiens et le Guide des nouveaux Rouynorandiens.

Ce que l’on veut, c’est y retrouver des outils qui vont permettre de vraiment répondre aux préoccupations des nouveaux arrivants à Rouyn-Noranda. Les préoccupations qu’on entend présentement, ça peut être au niveau du travail, du logement, du transport, des écoles, des services de garde, énumère-t-elle. Ce sont toutes des préoccupations, quand tu arrives dans une nouvelle ville, que tu as besoin de connaître et de savoir.

Claudette Carignan est debout devant un rideau et sourit à la caméra.

La conseillère municipale du district centre-ville à Rouyn-Noranda, Claudette Carignan

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Un comité de travail, composé de différents acteurs du milieu, travaillerait à analyser les besoins de nouveaux arrivants et à ensuite élaborer des actions. Claudette Carignan souhaite commencer le travail rapidement.

Je pense que c’est très important dans le contexte d’aujourd’hui, avec la pénurie de main-d’oeuvre qu’on vit dans tous les milieux, que l’on puisse travailler avec les partenaires, que ce soit la Mosaïque, le CISSS-AT, l’UQAT, le Cégep. Pour que l’on puisse tous travailler ensemble à cette table-là pour dire comment on accueille les gens quand ils arrivent chez nous parce qu’on veut les intégrer et les retenir aussi, affirme-t-elle.

La Ville espère recevoir 50 % de la demande de subvention, soit environ 19 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !