•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Albertains, commerces et villes se préparent à de nouvelles restrictions mardi

Une coiffeuse est debout derrière une cliente assise. Les deux portent un masque sur leur visage.

Les salons de coiffure ont rouvert dans certaines régions en Alberta, mais ils sont soumis à des règles rigoureuses sur le nombre de clients qu’ils peuvent accueillir et le respect des politiques strictes sur le nettoyage.

Photo : Radio-Canada / Jason Burles

Charlotte Dumoulin

Alors que le gouvernement albertain réfléchit à imposer de nouvelles restrictions dans la province, la population, les commerces et les villes sont déjà sur un pied d’alerte et se préparent à tous les scénarios.

Depuis deux jours, l’Alberta enregistre plus de 1500 cas de COVID-19. La médecin hygiéniste en chef de la province, Deena Hinshaw, a indiqué que le gouvernement pourrait donc annoncer de nouvelles mesures sanitaires pour freiner la propagation du coronavirus mardi. Elle n’a toutefois donné aucun indice sur le genre de restrictions qu’elle a suggérées au premier ministre, Jason Kenney.

Quoi qu'il en soit, les Albertains s’imaginent déjà le pire et anticipent un reconfinement comme au printemps où les salons de coiffure avaient notamment été fermés pendant deux mois.

Nous voyons un afflux de personnes qui veulent prendre des rendez-vous de dernière minute, remarque Maria Bretz, qui est coiffeuse au Whyte Avenue Shop.

La propriétaire du Suburbia Hair Spa à Saint-Albert, Thyda Lim, reçoit aussi de nombreux appels pour des rendez-vous de dernière minute. Toutefois, il est difficile pour elle de prendre plus de clients en raison des consignes et protocoles sanitaires en place depuis l’été, qui rallongent la durée de chaque rendez-vous.

Ils veulent avoir une place avant mercredi. Je ne sais pas combien de personnes je serai capable de prendre. Mes journées sont remplies.

Thyda Lim, propriétaire du Suburbia Hair Spa à Saint-Albert

Les deux coiffeuses pensent que le gouvernement devrait imposer un confinement, car, d’après elles, il ne maîtrise plus la situation.

De son côté, la gérante du When Pigs Fly à Edmonton, Tara Chekowski, dit qu’elle sera mieux préparée, cette fois-ci, si son commerce doit fermer temporairement.

Nous espérons pouvoir vendre nos produits en ligne aux personnes qui voudront magasiner, explique Mme Chekowski.

Les villes veulent des restrictions strictes

La mairesse de Banff, Karen Sorensen, espère que le gouvernement adoptera des mesures qui permettront de redresser la situation dans la ville mardi. Lundi, Banff avait 152 cas actifs de COVID-19.

Si les restrictions provinciales ne vont pas assez loin pour notre communauté, la Ville mettra rapidement en œuvre d'autres mesures pour réduire les situations où la transmission du virus est le plus à risque, dit Karen Sorensen.

La mairesse explore la possibilité de déclarer l’état d’urgence local et de mettre en place des règlements temporaires. Le conseil municipal tiendra une rencontre spéciale mardi pour en discuter.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Le maire d’Edmonton, Don Iveson, attend aussi avec impatience une annonce mardi : Nous avons hâte de voir de quoi il s'agit. Nous planifierons une réunion régionale d'urgence plus tard, s'il incombe aux municipalités de prendre des mesures décisives et, espérons-le, coordonnées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !