•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les anciens quotidiens de Capitales Médias visent 15 000 abonnés numériques en 2021

La Coopérative nationale de l’information indépendante accélère son virage numérique.

Des journaux papier de la Coopérative nationale de l'information indépendante

La Coopérative nationale de l'information indépendante lance le 24 novembre 2020 un abonnement numérique pour chacune de ses publications.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Un peu comme le propose Le Devoir, le modèle d'abonnement numérique des publications Le Soleil, La Tribune, Le Nouvelliste, Le Quotidien, La Voix de l'Est et Le Droit offrira des contenus gratuits mensuellement. À la fin de 2021, la Coopérative nationale de l’information indépendante (CN2i) vise 15 000 abonnés.

En entrevue lundi à Zone économie, le directeur général de CN2i, Stéphane Lavallée, a assuré que son organisation a retrouvé une stabilité financière après un début d’année turbulent dans le sillage de la crise économique et sanitaire.

En mars, CN2i a aboli un peu plus de 140 emplois en mettant fin à la publication des versions papier de ses quotidiens sur semaine en raison de la chute brutale des recettes publicitaires et du coût élevé d’impression.

Cette année, on arrive à une situation plus que l’équilibre [budgétaire], ce qui est une bonne nouvelle, a expliqué Stéphane Lavallée. La coopérative n'a pas utilisé tout le financement qui lui avait été autorisé. Ça nous permet d’envisager la prochaine étape avec beaucoup plus de confiance.

Pourquoi passer du modèle actuel, avec de l’information gratuite en ligne, à un modèle payant? C’est le modèle qui était à la base du plan de relance des anciennes publications de Groupe Capitales Médias, dont la restructuration a été approuvée par le tribunal en décembre 2019, a répondu le directeur général.

C’est un modèle dominant de plus en plus dans la presse d’information, un peu partout en Occident, a indiqué M. Lavallée, rappelant qu’avant même d’avoir lancé son abonnement numérique payant, la CN2i compte déjà 4000 personnes qui versent une contribution volontaire allant de 10 à 20 $ par mois.

Le modèle d’abonnement payant a fait ses preuves et pas seulement pour des publications internationales comme le New York Times ou le Washington Post, a-t-il ajouté.

Si on fait l’information que tout le monde fait déjà et qui est disponible de façon gratuite, c’est plus difficile. Mais nous avons une niche qui est l’information de proximité.

Une citation de :Stéphane Lavallée, directeur général, Coopérative nationale de l'information indépendante

Le gestionnaire a indiqué que son organisation a mesuré l'intérêt des lecteurs à contribuer à leur média. Un sondage mené auprès de 5600 lecteurs a révélé que 72 % d'entre eux veulent contribuer financièrement à leur média de proximité.

Le gestionnaire a soutenu que les gens sont de plus en plus disposés à payer pour obtenir de l’information numérique de qualité.

Les réflexes du passé pour ce qui était du journal imprimé se transposent de plus en plus dans l’univers numérique. Ce n’est plus le frein que c’était il y a quelques années à peine. Ça nous paraît comme le modèle évident où on va rééquilibrer un peu mieux les sources de revenus entre la publicité, ce qui est le gros des revenus, et les abonnements, ce qui a toujours été l’essentiel des revenus dans la formule de l’imprimé auparavant, a ajouté celui qui a notamment été éditeur dans le passé du journal Les Affaires.

« Les signaux sont très, très bons »

Stéphane Lavallée en entrevue à Radio-Canada

Stéphane Lavallée est directeur général de la Coopérative nationale de l’information indépendante.

Photo : Radio-Canada

Stéphane Lavallée a précisé que les 70 000 abonnés à la formule imprimée des six publications le week-end auront également accès aux plateformes numériques. En tenant compte de l'objectif des 15 000 abonnés au numérique, la CN2i devrait compter 85 000 abonnés d’ici la fin de 2021.

On pense que ce sera juste un début, parce qu’il y a un potentiel beaucoup plus grand.

Une citation de :Stéphane Lavallée

Est-ce que ce projet vient assurer la survie des six quotidiens du groupe? Ça vient nous dire que les signaux sont très, très bons. Il va falloir aussi continuer de travailler avec les gouvernements pour que les géants du numérique contribuent à leur façon au paiement de l’information qu’on produit. Pour le moment, pour l’avenir prévisible, notre modèle est prometteur et on n’a pas d’inquiétudes sur le plan financier, a conclu Stéphane Lavallée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !