•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un chevreuil sème la pagaille dans un foyer pour aînés de Selkirk

Un panneau routier indiquant la présence de chevreuils.

Le chevreuil a perdu un bois en tentant de s'introduire dans l'établissement.

Photo : Radio-Canada

Une porte en verre en mille morceaux, des fauteuils et des coussins sens dessus dessous, des appareils de sport renversés... Voilà le spectacle désolant dans une résidence pour personnes âgées de Selkirk. Les photos de la scène du crime publiées sur Twitter par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) en sont la preuve irréfutable. Malheureusement, le principal suspect s'est enfui. Il a toutefois laissé un bois sur place, ce qui permettra de remonter jusqu'à lui grâce à son ADN, si les agents donnent suite à l'affaire.

Le tout a commencé quand la GRC a reçu un appel vers 4 heures, signalant une entrée par effraction à la résidence pour personnes âgées de Selkirk.

Arrivés sur les lieux, les policiers ont découvert qu'ils n'avaient pas affaire à un simple cambrioleur. Le suspect au long museau, armé de bois, vêtu d'une robe marron et circulant à quatre pattes, a tout fait pour que les agents ne lui passent pas les menottes aux sabots.

Le suspect était un chevreuil ayant perdu un de ses bois!, explique avec humour la GRC sur Twitter.

Au péril de leur dignité, les forces de l’ordre ont tenté de faire sortir l’animal sans avoir recours à la force. Avec la patience pour seule arme, et ce qui semble être une table, elles ont réussi à convaincre le suspect qu'il valait mieux quitter les lieux du crime.

L'intrus semblait souffrir de myopie, car il a fallu plus d’une heure pour réussir à le faire sortir par la porte, pourtant grande ouverte.

Les forces de l’ordre se sont montrées rassurantes : Le bois perdu par le chevreuil a été saisi. Aucun humain n’a été blessé.

L'individu est-il entré par effraction dans l’établissement pour voler quelque chose? Pas vraiment, selon la GRC. Pour l'instant, la thèse retenue est que le suspect aurait mépris une décoration du temps des Fêtes au nez rouge pour une possible conquête amoureuse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !