•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens déçus de l'arrêt du déploiement de la fibre optique dans Maskinongé

Le logo de Maskicom.net sur un véhicule.

Maskicom est une organisation à but non lucratif (OBNL) chargée de brancher 5000 foyers répartis dans les 17 municipalités de la MRC de Maskinongé.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Avec la pandémie, de nombreux travailleurs ont fui la ville à la recherche d'espace et de tranquillité. Certains ont trouvé refuge à Saint-Mathieu-du-Parc où l'installation de la fibre optique devait leur permettre d'avoir accès à Internet haute vitesse. Mais voilà que les travaux sont suspendus et que la frustration s'installe chez plusieurs nouveaux propriétaires.

À peine 500 des 4900 résidences de la MRC de Maskinongé qui devaient être raccordées à l’Internet haute vitesse avant le 31 mars 2021 ont jusqu’ici été reliées au réseau.

Le déploiement de la fibre optique a été stoppé en raison d’un différend entre Maskicom, l’organisation sans but lucratif responsable du déploiement de l’Internet haute vitesse sur le territoire, et son sous-traitant Madysta.

L’entreprise estime avoir des factures impayées et exige un paiement 477 000 $ de la part de Maskicom avant de reprendre les travaux d’installation de la fibre optique.

Le président de Maskicom et préfet de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde, soutient de son côté qu'il interprète le contrat différemment et ne juge pas devoir d'argent à Madysta. Il souhaiterait que l'entreprise poursuive le déploiement de la fibre optique en attendant de régler le litige.

Robert Lalonde confirme par ailleurs qu’il souhaite prolonger d’un an le délai pour l’installation du réseau Internet haute vitesse, avec le nouvel objectif que tout le monde y serait branché d'ici mars 2022.

Une camionnette de Maskicom dans un secteur boisé.

Dans les rues où la fibre optique est installée sur les poteaux, Maskicom continuait, lundi, à brancher les maisons au réseau.

Photo : Radio-Canada

Malgré le litige entre les deux parties, les techniciens de Maskicom étaient au travail lundi. Ils vont continuer de raccorder les maisons dans les rues où la fibre optique a été déployée.

De nouveaux résidents de Saint-Mathieu-du-Parc déçus

François Noël obtiendra les clés de sa nouvelle maison de Saint-Mathieu-du-Parc mardi. Ce qui devait être le début d’une période de réjouissance lui cause, pour l’instant, bien des tracas.

On nous avait dit [qu’on aurait la haute vitesse] avant la fin novembre sans problème, explique François Noël.

Mais en date du 23 novembre, Maskicom n’avait pas encore raccordé sa maison au réseau. Il craint que le litige entre Maskicom et Madysta ne retarde le branchement.

François Noël debout, qui donne une entrevue, dans une rue enneigée.

François Noël aurait probablement attendu avant de déménager à Saint-Mathieu-du-Parc s'il avait su qu'il n'aurait pas encore accès à Internet haute vitesse.

Photo : Radio-Canada

On ne sait pas trop encore comment on va faire pour s’organiser face à cette situation, affirme François Noël qui a notamment besoin d’Internet haute vitesse pour faire le télétravail. Il est actuellement à la recherche de solutions.

Ça remet en question beaucoup de choses. [Avoir su], on n’aurait peut-être pas acheté la maison tout de suite, dit-il.

Alexina Hicks qui joue avec son chien dehors, dans la neige.

La résidente de Saint-Mathieu-du-Parc Alexina Hicks se demande quand elle aura finalement accès à Internet haute vitesse.

Photo : Radio-Canada

Quand elle est partie de Montréal avec sa famille, Alexina Hicks croyait qu’elle aurait accès à Internet haute vitesse à Saint-Mathieu-du-Parc.

Maskicom nous disait que ce serait très bientôt, raconte-t-elle. Mais [l’ingénieur de Madysta] a été franc, il a dit non, ce ne sera pas pour bientôt.

Ne pas avoir Internet haute vitesse lui occasionne tout un casse-tête. Elle utilise actuellement une connexion par satellite qui est coûteuse et instable.

Avec des informations de Jonathan Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !