•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

76 patients sont morts après avoir contracté la COVID-19 à l'hôpital de Saint-Jérôme

L'hôpital de Saint-Jérôme, avec le bâtiment en construction à côté.

L'hôpital de Saint-Jérôme manque de place pour accueillir les patients.

Photo : Radio-Canada

L’hôpital de Saint-Jérôme est aux prises avec une multiplication des cas de COVID-19 entre ses murs. Depuis le début de la pandémie, des dizaines de patients l’ont contractée et en sont morts.

Ce contexte difficile entraîne une hausse des délais en chirurgie, ce à quoi l’hôpital espère pouvoir remédier grâce à l’ouverture prochaine d’une installation temporaire de 57 lits.

Des documents internes du CISSS des Laurentides obtenus par Radio-Canada révèlent que 277 patients ont contracté la COVID-19 à l’hôpital de Saint-Jérôme depuis le début de la pandémie et que, de ce nombre, au moins 76 en sont morts.

En date du 16 novembre, les unités de pneumologie, d'oncologie et de chirurgie avaient déclaré des cas de COVID-19 dans les trois derniers jours tandis que les unités de médecine, d'orthopédie, de gériatrie, de psychiatrie/soins intensifs et de soins intensifs/coronariens en avaient déclaré dans les 14 derniers jours.

Dans l’enregistrement audio d’une réunion d’équipe tenue le 11 novembre consulté par Radio-Canada, la PDG du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, Rosemonde Landry, reconnaît que le recours aux lits d’hospitalisation dans des chambres multiples a favorisé les éclosions.

Cet été, j'ai pris la décision de remonter des chambres à trois et à quatre, ce n’était peut-être pas la bonne décision, ça fait qu'il y a des éclosions aujourd'hui. J'en assume la pleine responsabilité, mais vous voyez qu'on est dans un cul-de-sac.

Rosemonde Landry, PDG du CISSS des Laurentides

J'ai besoin que vous m'aidiez à trouver la moins pire des situations, la moins dommageable pour notre clientèle, déclare Mme Landry à la douzaine de participants à la réunion.

Chambres multiples et civières collées

Chirurgienne vasculaire à l’hôpital de Saint-Jérôme, Yen Luu s’inquiète. Pour nous, la situation est grave [...] 65 % de nos lits sont dans chambres multiples avec deux, trois, parfois même quatre patients par chambre.

Conçu dans les années 1940, l’hôpital compte plus de 400 lits d’hospitalisation. La Dre Luu explique qu’elle et ses collègues auraient aimé reprendre le temps perdu au cours de l’été afin de réduire les délais en chirurgie.

Avant la pandémie, on opérait 20 personnes hospitalisées par jour, toutes spécialités confondues, explique-t-elle. Pendant l'accalmie on a remonté à sept ou huit par jour [...] et avec la deuxième vague on est retombés à cinq patients par jour.

On a un total de 3300 patients en attente de se faire opérer à Saint-Jérôme, 30 à 40 % en attente depuis plus de six mois [...] alors que pour la même période en 2019, les délais d'attente de plus de six mois étaient de 5 %, explique la Dre Luu.

Son conseil aux patients : partir. Et je vous dirais qu'avec la peur de la population de contracter la COVID-19, les patients sont réceptifs à cette idée.

La grande désinfection

Son collègue pneumologue Jean-Sébastien Carrier estime que, si on pouvait sortir l'ensemble des patients atteints de la COVID-19 de l'hôpital pour nous permettre de le nettoyer au complet et de reprendre le contrôle, c'est sûr que ce serait bien.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Chloé Jamaty, photographiée à l'extérieur d'une maison.

La chef du service d'urgence, Chloé Jamaty, soutient devoir composer avec une fréquentation qui surpasse les capacités d’accueil et déplore le manque d’espace. À cause du débordement à l'heure actuelle, on a des patients chauds mélangés aux froids dans à peu près toutes les sections de l'urgence, dit-elle.

Dans notre corridor, il y a littéralement 30 cm entre les civières des patients et il n’y a aucune barrière physique entre ces civières-là, illustre-t-elle.

Est-ce que le fait qu'on ait des éclosions à tour de bras qui ont provoqué des morts, ça ne suffit pas pour se réveiller et dire : "À cet endroit-là, il y a un problème. Ces gens-là dans les Laurentides ont besoin d'aide"?

Chloé Jamaty, chef du service d'urgence

Selon les statistiques du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), l’urgence de l’hôpital figure depuis au moins cinq ans parmi celles dont la durée moyenne de séjour est la plus longue du Québec, et ce, tant pour les patients sur civière que pour les patients ambulatoires.

Un dôme temporaire en janvier

Un grand bâtiment recouvert d'une toile.

Ce bâtiment temporaire est en construction dans le stationnement de l'hôpital de Saint-Jérôme.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Un bâtiment temporaire de 57 lits – appelé le dôme – est en construction dans le stationnement de l’hôpital de Saint-Jérôme. Il doit recevoir ses premiers patients en janvier.

Ces 57 lits supplémentaires vont donner une bouffée d'air à Saint-Jérôme, soutient le directeur général adjoint du programme santé physique générale et spécialisée de l'enseignement et de la recherche au CISSS des Laurentides, Sylvain Pomerleau. Ce sera de la clientèle de chirurgie, une clientèle qui sera détectée [pour la COVID-19], donc zone froide, explique-t-il.

Construit au coût de 19 millions de dollars, ce bâtiment viendra pallier le manque d’espaces disponibles dans cet hôpital, notamment pour mieux répondre aux besoins qui découleront de la deuxième vague de la COVID-19 au cours des prochains mois, disait le député local, Youri Chassin, lors de l’annonce effectuée au nom du ministre de la Santé, Christian Dubé, le 25 septembre.

Quelques jours avant, le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, avait déclaré que le Québec venait de plonger dans la deuxième vague de la pandémie. Plus de trois mois se seront écoulés depuis le début de cette deuxième vague lorsque le bâtiment sera terminé.

Le maire de la ville de Saint-Jérôme, Stéphane Maher, se montre nettement insatisfait du bâtiment temporaire en construction.

Stéphane Maher devant le bâtiment temporaire en construction adjacent à l'hôpital de Saint-Jérôme.

Le maire de Saint-Jérôme, Stéphane Maher

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

C’est un Tempo, ça! J'ai honte pour nos citoyens, j'ai honte de cette façon de travailler. Il n’y a rien de plus permanent qu'une installation temporaire, on peut rester pris avec ça très, très longtemps.

Stéphane Maher, maire de Saint-Jérôme

On va se dire les vraies choses : l'hôpital de Saint-Jérôme est très malade et le premier ministre a le remède. Il faut accélérer les rénovations, la construction, insiste-t-il.

D’autres hôpitaux de la région de Montréal, comme le Lakeshore et Sacré-Coeur, disposent déjà de bâtiments temporaires depuis plusieurs semaines.

Un hôpital vétuste et trop petit

Un document consulté par Radio-Canada révèle que la PDG du CISSS des Laurentides avait fait une demande au sous-ministre du MSSS, Yvan Gendron, dès le 5 juin pour la construction rapide d’un bâtiment modulaire de 62 lits [...] de l’ordre de 39,9 millions de dollars.

La vétusté des unités de soins incluant plusieurs chambres multiples, le manque de 136 lits reconnu par le MSSS, ainsi qu’un manque d’espace permettant une réorganisation [...] présentent des risques en termes de qualité et de sécurité des soins à la clientèle, écrivait Rosemonde Landry.

De passage à l’hôpital de Saint-Jérôme le 7 juillet dernier, le premier ministre François Legault avait reconnu l’urgence d’y réaliser des travaux. Ici, dans les Laurentides, ça fait longtemps qu’on entend parler de l’agrandissement de Saint-Jérôme. Je ne peux pas croire que ce n’est pas encore commencé, disait-il.

Cela n’a pas de bon sens qu’on dise que ça va prendre encore trois, quatre ans avant de commencer les travaux à l’hôpital de Saint-Jérôme.

François Legault, premier ministre

Pourtant, l’hôpital de Saint-Jérôme ne figure pas dans la liste des 181 chantiers d’infrastructure publiée au projet de loi 66 (Loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure) débattu ces jours-ci à l’Assemblée nationale.

Un autre hôpital des Laurentides, celui de Saint-Eustache, s'y trouve, toutefois, pour la modernisation et l'agrandissement de son urgence et l’ajout d’unités de soins.

Un projet dans les cartons

L’ex-ministre de la Santé Danielle McCann avait annoncé en mai 2019 la bonification d’un projet d’agrandissement déjà prévu à l’hôpital de Saint-Jérôme, allant jusqu’à parler d'une première pelletée de terre en 2023.

Au Conseil du Trésor, le projet de l’hôpital de Saint-Jérôme figure au Plan québécois des infrastructures (PQI) depuis 2018 dans la liste des projets à l’étude, mais pas dans celle des projets en planification.

On est tenu de respecter les échéanciers du Conseil du Trésor, avec les plans fonctionnels, le dossier technique, le dossier d'affaires, les plans et devis et la construction, précise Sylvain Pomerleau. Parce que c'est un dossier de plus de 500 millions de dollars, il y a énormément de travaux de planification à faire [...] pour un projet qui va pouvoir être livré autour de 2029.

Selon les données du Conseil du Trésor, la majorité des bâtiments de l’hôpital était considérés en 2019 comme en mauvais état et ayant un déficit de maintien d’actif.

Le directeur général adjoint du CISSS des Laurentides précise qu’une entente avec le CISSS de Laval pourrait permettre d’hospitaliser au besoin des patients à la Cité de la Santé.

Bruno Laroche, maire de la municipalité de Saint-Hyppolite, voisine de Saint-Jérôme, rappelle que la population régionale a doublé depuis 1986. Mais les services sont restés les mêmes, déplore-t-il.

On va créer une coalition d'hommes d’affaires et d'artistes, de professionnels de la santé, de maires et mairesses de la région, et on va se faire entendre, prévient-il.

Un centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) tout neuf de 212 lits a été livré à Saint-Jérôme dans la dernière année au coût de 63 millions de dollars.

Et des travaux de plus de 100 millions de dollars sont en cours pour une unité en santé mentale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !