•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Manitobaine croit que son mari a contracté la COVID-19 à l’hôpital de Steinbach

Vue extérieure du bâtiment comprenant l'entrée principale.

Le centre régional de santé Bethesda est situé à Steinbach, une ville située au sud-est de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Radio-Canada

Lise Rémillard accuse l’hôpital de Steinbach de mauvaise gestion de la pandémie. Selon elle, si son mari se trouve aujourd’hui dans l’unité des soins intensifs du Centre des sciences de la santé de Winnipeg en raison de la COVID-19, c’est à cause de son séjour à l'hôpital de Steinbach.

Je reçois tous les jours des appels très inquiétants. On me dit qu’il ne fera pas la nuit. Entre deux sanglots, Lise Rémillard explique le calvaire qu’elle vit en ce moment.

Celui-ci a commencé le 26 octobre dernier, dans sa demeure de Grunthal, à une vingtaine de minutes en voiture de Steinbach.

Ce soir-là, son mari John ne se sent pas bien. Les ambulanciers le prennent en charge. Dans l'urgence et compte tenu de ses antécédents médicaux, les secours pensent que John fait un accident cardio-vasculaire et ils l’évacuent vers le Centre des Sciences de la Santé, à Winnipeg.

Après examen, il se trouve qu’il est en proie à une infection de la vessie. Les secours ramènent John au centre hospitalier dont il dépend : le centre Bethesda, à Steinbach.

C’est là que tout a commencé , explique Lise Rémillard, la voix serrée par l’émotion.

De stable à instable

John passe une semaine à l’hôpital de Steinbach. Lise Rémillard dit qu’elle a pu lui rendre visite plusieurs fois dans la semaine, avant que tout ne soit fermé en raison de la pandémie.

Une semaine après l’entrée de son mari au centre Bethesda, elle reçoit un appel de l’hôpital. Une voix lui explique que l’état de son conjoint s’est gravement détérioré.

John est transféré au Centre des sciences de la Santé, à Winnipeg, toujours selon celle qui partage sa vie.

Après plusieurs jours, Lise Rémillard reçoit un nouvel appel. On me dit finalement qu’il a la COVID-19, qu’il est sous ventilateur et qu’il ne va pas bien du tout , se remémore-t-elle dans la douleur.

Lise Rémillard est consternée, puisque les tests de dépistage auparavant effectués pour elle-même et son mari s’étaient avérés négatifs.

Elle croit aujourd'hui que son mari a partagé, à l'hôpital Bethesda, la même chambre qu'un patient porteur du virus.

Beaucoup de questions

Dans la tête de Lise Rémillard, les questions tourbillonnent : pourquoi les patients ne sont pas isolés au centre Bethesda en attendant de savoir si, oui ou non, ils ont la COVID-19? Pourquoi les résultats des tests ne sont-ils pas connus plus rapidement?

Des questions qu’elle dit ne pas avoir encore eu le temps de poser, car au poids émotionnel de cette histoire s’ajoute celui administratif. Lise Rémillard doit fournir de multiples papiers aux assurances, mais, selon elle, les procédures restent loin d’être simples.

Dans une déclaration écrite, Santé-Sud indique ne pas pouvoir commenter des cas particuliers, mais toutes les précautions sont prises pour réduire le risque de transmission entre les patients et les travailleurs de la santé au centre régional de santé Bethesda, peut-on y lire.

Il y a une dizaine de jours, une infirmière de l'établissement avait déjà lancé un cri du coeur, expliquant à quel point les urgences étaient surchargées. Vendredi, le médecin hygiéniste en chef de la province, le Dr Brent Roussin, a déclaré que le taux de tests positifs dans la région de Steinbach était de 40 %.

Lise Rémillard, elle, ne souhaite qu’une chose maintenant : que son mari revienne à la maison.

Avec les informations de Laïssa Pamou

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !