•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Documentaire sur les prêtres pédophiles: l’Église garde le silence

Une photo contre jour d'une croix au sommet d'une église. Le soleil brille derrière. Le ciel est bleu.

Une croix au sommet de l'église de Lamèque dans la Péninsule acadienne.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Plus d’une semaine après la diffusion du documentaire Le Silence, les diocèses de Moncton et de Bathurst n’ont pas l’intention de répondre aux questions soulevées dans cette production cinématographique qui exposent le fléau des prêtres pédophiles au Nouveau-Brunswick.

Les deux diocèses sont au cœur du documentaire de la cinéaste Renée Blanchar, qui illustre que pendant plusieurs années, des prêtres ont fait des dizaines de victimes chez des enfants de Cap-Pélé et dans la Péninsule acadienne.

Valéry Vienneau, archevêque de Moncton, en entrevue. (Archives)

Valéry Vienneau dit ne pas pouvoir commenter le film. (photo d'archives)

Photo : Radio-Canada

L'archevêque de Moncton, Valéry Vienneau, dit qu’il ne peut pas intervenir à cause du litige entre l’archidiocèse et leur compagnie d’assurance Co-operators.

Son organisation poursuit la compagnie d'assurance pour obtenir le paiement de leur police d'assurance pour pouvoir payer les victimes de prêtres.

Il y a toujours des chances que ce que je dis ou écris soit mal interprété, indique-t-il par courriel, envoyé vendredi.

Mgr Daniel Jodoin, évêque du diocèse de Bathurst.

Daniel Jodoin dit lui aussi ne pas pouvoir commenter le film. (photo d'archives)

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Pour sa part, l’évêque de Bathurst, Daniel Jodoin, évoque le cas du curé Patrick McGraw pour justifier le mutisme de son organisation.

Le lendemain de la sortie du documentaire, le diocèse de Bathurst a partagé publiquement qu’il avaient reçu une plainte d’inconduite sexuelle concernant Patrick McGraw et un autre adulte et qu’une enquête liée à des irrégularités financières était en cours.

En se référant à un communiqué de presse envoyé à ce sujet, Daniel Jodoin dit qu’il démontre bien que le diocèse opte pour la transparence dans les nouveaux cas en jeu.

Le passé

Bien qu'ils ne peuvent pas répondre aux questions, par courriel, les deux évêques assurent toutefois que la réalité démontrée dans le film appartient au passé.

Il ne sert à rien de ressasser et condamner le passé à l’infini, un passé que nous ne pouvons pas changer. Des mesures ont déjà été prises pour que cela ne se répète pas, indique Daniel Jodoin, lundi.

Nous avons également élaboré des protocoles stricts pour assurer la protection des enfants, des personnes mineures et des personnes vulnérables, ajoute Valéry Vienneau, lui aussi par courriel.

Le film Le Silence a été présenté à l’ouverture du Festival international du cinéma en Acadie (FICFA) le 12 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !