•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Budget 2021 : l'opposition doute des prévisions de Régis Labeaume

Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Québec, en séance de conseil. Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec, est à l'arrière.

Jean-François Gosselin, chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Québec, en séance de conseil. Jean Rousseau, chef de Démocratie Québec, est à l'arrière.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Radio-Canada

L'opposition à l'Hôtel de Ville de Québec doute des prévisions économiques présentées lundi dans le budget équilibré du maire Régis Labeaume. Des élus appréhendent des dépenses supplémentaires au cours des prochains mois.

Plusieurs éléments du budget 2021 demeurent dans l'incertitude, selon les partis d'opposition. C’est un budget aussi dans un contexte de pandémie où on ne sait pas ce qu’il va arriver dans les prochains mois, dans la prochaine année en 2021, soutient le chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville, Jean-François Gosselin.

Certains projets reportés laissent aussi entrevoir une hausse des dépenses, comme le report du début du projet de tramway. Le conseiller municipal de Démocratie Québec Jean Rousseau appréhende des dépenses supplémentaires, compte tenu des demandes du gouvernement provincial.

On dépense sur Hochelaga, Mendel, mais va-t-on dépenser davantage pour des ajustements au tracé? Ce sont des questions qu’on se pose et que je vais soulever, soutient-il.

Lundi, l'administration de Régis Labeaume a indiqué vouloir limiter la hausse des dépenses à 1,1 % pour 2021 afin d'équilibrer le budget municipal.

Pour y parvenir, la Ville de Québec sera forcée de piger 7,3 millions de dollars dans son fonds de prévoyance, en plus d'utiliser la majeure partie de l'aide financière du gouvernement Legault (42,5 M$ sur 55,7 M$).

Des prévisions réalistes?

Outre le tramway, la pandémie amènera également son lot de questions au cours des prochains mois, selon Jean Rousseau, qui juge que le plan d’investissement quinquennal 2021-2025 (PIQ) de la Ville n'est pas réaliste, puisque plusieurs facteurs restent méconnus, comme la durée des mesures sanitaires et l'arrivée d'un vaccin.

Le masque, on va devoir le porter toute l’année, vaccin, pas vaccin. Oui, il y a de l’incertitude, oui, j'ai des craintes, et pour 2022, tout va dépendre d'où nous en sommes avec la COVID.

Jean Rousseau, conseiller municipal de Démocratie Québec

Quand on regarde pour plus de deux ans, c’est l’incertitude et, à ce stade-ci, il faut se concentrer sur ce qui est à court terme, dit-il.

S’il y a des places où il doit couper, ce ne sera certainement pas dans son projet de tramway, donc c'est d'autres projets qui vont écoper.

Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Les revenus projetés pour 2021 semblent aussi trop élevés, selon Jean-François Gosselin. Ces revenus-là sont supplémentaires à ceux qui avaient été prévus en 2020 avant même qu’on sache qu’on soit en pandémie, dit-il, ajoutant être inquiet pour les prochains mois.

Un budget conservateur?

Le chef de l'opposition officielle, Jean-François Gosselin, juge que ce budget est loin d'être conservateur.

Lorsque le maire vous dit qu’il est obligé d’aller piger dans des fonds de prévoyance pour boucler son budget, en tenant compte aussi du 56 M$ du gouvernement du Québec, c'est très loin d'être un budget conservateur, déclare-t-il.

Le maire nous parle depuis plusieurs semaines qu’il gère de façon conservatrice, et là aujourd'hui c’est loin d’être un budget conservateur.

Jean-François Gosselin, chef de l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville

M. Gosselin souligne également que la dette baissera moins rapidement que prévu l'an dernier. C’est 14 millions moins vite cette année, déplore-t-il.

De l'aide gouvernementale nécessaire

Le conseiller Jean Rousseau de Démocratie Québec souligne que l'on observe la même situation dans d'autres grandes villes.

L’aide gouvernementale, généreuse, a permis à toutes les villes d’équilibrer leur budget. Comme Montréal, Québec est en mesure d’annoncer une baisse de taxes, ce qui est évidemment bénéfique pour les citoyens et les commerçants, affirme-t-il.

Par contre, M. Rousseau admet être déçu de ne pas avoir entendu le maire sur une possible aide accordée aux restaurateurs et au milieu hôtelier.

Plusieurs risquent de ne pas pouvoir affronter la tempête, alors j’aurais aimé entendre de la part du maire ses intentions, ce qu’il va faire pour ses commerces, soulève-t-il.

Si ce budget est marqué par la crise sanitaire, le budget de 2022 sera un retour à la réalité, selon Jean Rousseau. On va devoir faire face aux contraintes qu’on aura vécues, aux secteurs économiques qui ne pourront pas repartir, et, justement, il faudra s’adapter, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !