•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'incendie d'un CPE de Granby considéré comme d'origine criminelle

L'extérieur du bâtiment du CPE Le soleil de Jeannot, à Granby.

Le CPE Le soleil de Jeannot, à Granby, a été la proie des flammes en septembre (archives).

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

L’incendie qui a ravagé le CPE Le soleil de Jeannot le 6 septembre dernier est officiellement considéré comme étant d’origine criminelle par la Sûreté du Québec (SQ).

La SQ établira demain un poste de commandement au 1000 rue Le Corbusier afin de tenter d'obtenir de nouvelles informations sur l'événement.

Les enquêteurs du service des enquêtes sur les crimes majeurs vont être sur place dans le but de rencontrer des personnes qui n'auraient pas encore été rencontrées, explique l'agente d'information de la SQ Aurélie Guindon. 

Pour cette opération, les policiers seront présents de 10 h à 15 h à proximité du CPE.

80 enfants déplacés 

L'incendie qui a complètement détruit le CPE a forcé la réinstallation de 80 enfants qui fréquentaient l'établissement. 

Les éducatrices du CPE ont mis trois semaines afin d'installer temporairement quatre emplacements pour accueillir les enfants à Granby.  

Le moral est plutôt bon. On a une équipe, moi je les appelle mes guerrières, qui a relocalisé les enfants. L'équipe a travaillé vraiment fort avec nous.

Kim Gladu, directrice de l'installation Le soleil de Jeannot

 

Les travaux ont également commencé lundi afin de rénover un bâtiment sur la rue Cowie qui permettra de rassembler les 80 tout-petits dans un même bâtiment dès la fin janvier. On refait au complet ce site-là, puisque le bâtiment ne nous permettait pas d'accueillir les enfants, explique Kim Gladu, la directrice de l'installation. 

Le travail se poursuit également afin de reconstruire le CPE qui a été ravagé le 6 septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !