•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de la frontière entre Blanc-Sablon et le Labrador

Andrew Furey.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrew Furey, en a fait l'annonce lundi (archives).

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Radio-Canada

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador, Andrey Furey, remet en place des mesures de contrôle à la frontière provinciale entre Blanc-Sablon et l'Anse-au-Clair, une nouvelle mal reçue par la mairesse de Blanc-Sablon, Wanda Beaudoin.

Cette dernière estime que la mesure est prématurée. Elle rappelle que des liens importants existent entre les communautés de part et d'autre de la frontière.

Il y a beaucoup de monde de Blanc-Sablon dont leurs parents ou leur famille demeurent au Labrador. Donc, ça a des effets au niveau des relations sociales. Aussi, ça a un impact au niveau de l'économie, parce que beaucoup de monde chez nous allait magasiner au Labrador pour des services qui n'étaient pas disponibles au Québec, explique Mme Beaudoin.

Contrairement à ce qu’avait annoncé le député néo-démocrate de Labrador-West, Jordan Brown, il n'y aura finalement pas de point de contrôle entre Fermont et Labrador City.

Les résidents du sud du Labrador pourront toujours franchir la frontière pour aller à l'aéroport et prendre le traversier à Blanc-Sablon sans présenter une exemption de la santé publique de Terre-Neuve-et-Labrador.

Cette nouvelle survient après qu’un cas de COVID-19 ait été déclaré chez un résident de Blanc-Sablon, en Basse-Côte-Nord.

Municipalité de Blanc-Sablon

Aucune route ne relie la municipalité de Blanc-Sablon au reste du Québec (archives).

Photo : Radio-Canada

C’est la deuxième fois depuis le début de la pandémie que les frontières de Terre-Neuve-et-Labrador ferment. L’accès entre les deux provinces avait été restreint en avril dernier, avant d’être permis de nouveau en juin.

Terre-Neuve-et-Labrador et l'Île-du-Prince-Édouard ont annoncé leur retrait de la bulle atlantique pour au moins deux semaines. Elles craignent d'être frappées durement par la deuxième vague de COVID-19, à l'instar des provinces de l'Ouest.

Avec les informations de Marc-Antoine Mageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !