•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une biologiste d’Edmonton propose une option à l'abattage des coyotes urbains

Un plan rapproché de coyote.

La biologiste Colleen Cassady St. Clair conseille aux habitants de quartiers résidentiels de faire peur à l'animal plutôt que de l'abattre.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

Une biologiste de l’Université de l’Alberta, Colleen Cassady St Clair, veut que les citadins apprennent à effrayer les coyotes, plutôt que de les abattre, pour empêcher les animaux de creuser des terriers dans les quartiers résidentiels.

Il faut agir avec les animaux d'une façon qu’ils trouvent naturellement et instinctivement effrayante pour les sensibiliser à la présence humaine. Il faut changer leur accoutumance créée par des rencontres sans danger, en leur apprenant à s’enfuir, dit Colleen Cassady St Clair, qui recherche des bénévoles pour commencer son initiative.

Le principe est simple : Si l’animal ne se sauve pas à la vue des habitants d’un quartier, les bénévoles lui jetteront des balles de tennis et agiteront des bâtons de hockey en faisant du bruit.

Les balles de tennis seront remplies de sable pour les rendre aussi lourdes que des balles de baseball , précise l'experte.

Les bénévoles pourront utiliser des parapluies pour faire peur aux animaux. Il faut imaginer la façon dont les parapluies apparaissent aux animaux. L’animal commence à l’approcher et, d’un coup, le parapluie devient un énorme objet en s’ouvrant, dit Mme Cassady St Clair.

Un chien domestique et un coyote s'observent.

La plupart des interactions avec les coyotes en milieu urbain est causée par la présence d’un chien.

Photo : iStock

Colleen Cassady St Clair espère trouver huit bénévoles qui habitent dans les quartiers où la présence de coyotes est importante. Leur rôle sera de ratisser leurs quartiers de janvier à mai 2021 et d'effrayer les animaux.

Les chercheurs vont ensuite analyser le comportement des coyotes à la lumière des tactiques utilisées pour leur faire peur.

Colleen Cassady St Clair ajoute que la peur est une tactique très utilisée dans les parcs nationaux contre les ours.

Avec des informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !