•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Île-du-Prince-Édouard quitte la bulle atlantique : pas d'impact pour les Madelinots

Des véhicules immatriculés au Québec entrent sur le traversier.

Pour se rendre du Québec aux Îles-de-la-Madeleine, il faut traverser le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard afin de prendre le traversier à Souris (archives).

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

Québec confirme que la décision de l'Île-du-Prince-Édouard de se retirer de la bulle atlantique n'entravera pas l'accès aux Îles-de-la-Madeleine.

Lundi matin, les premiers ministres de Terre-Neuve-et-Labrador et de l'Île-du-Prince-Édouard ont annoncé qu'ils se retiraient de la bulle atlantique pour deux semaines en raison de l'augmentation des cas de COVID-19 dans leurs provinces voisines, dont le Nouveau-Brunswick.

Ainsi, dès minuit mercredi, tout voyageur arrivant à Terre-Neuve-et-Labrador ou à l'Île-du-Prince-Édouard devra s’isoler pendant 14 jours. La situation sera réévaluée dans deux semaines.

Cette décision n'a toutefois pas d'impact sur les Québécois qui prévoient se rendre aux Îles-de-la-Madeleine prochainement.

C'est ce qu'a confirmé le cabinet de la ministre responsable des Relations canadiennes, Sonia LeBel, au député des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneau.

Ce dernier souligne par ailleurs que la procédure permettant de se rendre aux Îles-de-la-Madeleine a été mise en place avant la création de la bulle atlantique.

Je m'attends à ce que ça ne change rien pour les gens qui traversent l'Île-du-Prince-Édouard et qui n'ont de toute façon pas le droit d'arrêter. Il n'y a pas de contacts sociaux.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

De son côté, le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, fait valoir que l'objectif de la bulle était de faciliter les déplacements des résidents des provinces maritimes à l'intérieur de la bulle, mais que les Madelinots ne pouvaient pas profiter de cet assouplissement de toute façon.

Ça a beaucoup plus d'impact sur les citoyens du Nouveau-Brunswick ou de la Nouvelle-Écosse qui faisaient partie de la bulle atlantique avec eux et qui pouvaient voyager sans quarantaine et sans autorisation requise, contrairement à nous qui devons avoir ces autorisations, avance M. Lapierre.

Le maire assure néanmoins qu'il suit la situation de près.

C'est aussi ce qu'a affirmé le cabinet de la ministre LeBel au député des Îles, qui rappelle que des Madelinots et Madeliniennes doivent se déplacer régulièrement entre l'archipel et le continent pour le travail, les études ou des soins de santé.

M. Arseneau dit d'ailleurs avoir reçu plusieurs appels de citoyens inquiets à ce sujet. Il y a des gens qui doivent prendre la route actuellement, parce qu'ils prennent le bateau demain et ils veulent être rassurés. J'en ai quelques-uns qui m'ont contacté dans les dernières minutes, affirme-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !