•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : quatre nouveaux cas au Nunavut, six au Yukon

La façade extérieure du centre de santé de Rankin Inlet, durant l'hiver.

Les autorités du Nunavut ont annoncé lundi quatre nouveaux cas de COVID-19, dont trois à Rankin Inlet, où il y a maintenant 18 personnes infectées.

Photo : CBC / Joe Mahoney

Radio-Canada

Les autorités du Nunavut ont recensé 4 nouveaux cas de COVID-19, ce qui porte le total à 132 personnes infectées. Celles du Yukon signale six nouveaux cas de la maladie, mais assurent qu'il n'y a pas de transmission communautaire.

Au Nunavut, Rankin Inlet dénombre trois nouveaux cas, tandis que Whale Cove en recense un de plus.

Les trois communautés touchées par la COVID-19 sont Arviat, Rankin Inlet et Whale Cove, avec un total respectif de 98, de 18 et de 16 cas.

Nous savons que la hausse du nombre de cas de COVID-19 ces dernières semaines en préoccupe plusieurs [...] mais ce n’était pas inattendu , a affirmé le ministre territorial de la Santé, Lorne Kusugak, en point de presse lundi.

Pas de transmission communautaire au Yukon

Le Yukon enregistre quand à lui six nouveaux cas de COVID-19.

Cinq cas sont liés à un cas déjà connu, a précisé Brendan Hanley, le médecin en chef du territoire. Les autorités de la santé font toujours enquête pour connaître l'origine du sixième nouveau cas du jour.

Il n'y a pas de transmission communautaire [pour l'instant]. Selon nos enquêtes, nous n'avons pas de transmission dans la communauté, a-t-il précisé.

Le Yukon compte maintenant 14 cas actifs. Depuis le début de la pandémie, le système de santé a pris en charge 38 cas de COVID-19 au Yukon. Deux personnes sont hospitalisées à Whitehorse.

Le gouvernement yukonnais a vu le nombre de cas passer de 24 à 38 en une semaine.

Prudence et respect des consignes

Pour limiter autant que possible la transmission, les autorités sanitaires du Nunavut ont rappelé l’importance de respecter les restrictions sanitaires, soit de porter le masque, maintenir la distanciation physique et limiter les déplacements non essentiels.

Pour limiter la propagation du virus, nous devons le contenir, a rappelé le médecin hygiéniste en chef du Nunavut, Michael Patterson.

Il a aussi mentionné qu'il fallait être prudent en interprétant l’évolution du nombre de cas positifs.

En raison du moment où sont effectués les tests et de la variabilité des vols, les chiffres vont continuer à fluctuer quotidiennement, peu importe ce qu’il arrive dans les communautés, a-t-il rappelé.

Dans le Nunavut, plusieurs facteurs, comme les conditions météorologiques, peuvent retarder l’acheminement des écouvillons prélevés vers Rankin Inlet, où sont analysés les tests de dépistage.

Le Dr Patterson a affirmé que les mesures sanitaires et le traçage de contacts prenaient généralement une à deux semaines avant de porter leurs fruits.

Je pense qu’il est inévitable de voir apparaître d’autres cas positifs au cours des prochains jours, a-t-il indiqué. Il faudra attendre la fin de la semaine ou le début de la semaine prochaine avant de voir si le nombre de cas diminue et, donc, si la transmission a pu être arrêtée.

Ailleurs sur le web, information sur la COVID-19 par territoire du Grand Nord :

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !