•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Trouvez de nouvelles façons de rester actifs », conseillent des chercheurs

L'activité physique a diminué chez les adultes depuis le début de la pandémie.

Un cycliste au coeur du Parc Stanley, à Vancouver.

Des chercheurs ont constaté une réduction de l'activité physique pendant la pandémie.

Photo : ben nelms/cbc / Ben Nelms

Radio-Canada

Il faut lutter contre l’apathie et trouver de nouvelles façons de rester actif, soutiennent des chercheurs de la Colombie-Britannique, alors que de nouvelles restrictions visant à freiner la pandémie de la COVID-19 limitent certaines activités physiques.

Nous devons accepter cette nouvelle réalité et trouver de nouvelles routines pour faire notre activité physique, dit un professeur de l'Université de Victoria, Ryan Rhodes, qui étudie la psychologie de la santé.

Pour aider à prévenir une série de maladies et à renforcer la santé mentale, les autorités sanitaires canadiennes recommandent de faire 150 minutes d'exercice par semaine.

Or, l'activité physique a diminué en moyenne de 46 minutes par semaine pour les adultes pendant la pandémie, selon l'étude de Ryan Rhodes.

Parmi les gens qui étaient actifs avant la COVID-19, environ 20 % ne l'étaient plus au cours des premiers jours de la pandémie, indiquent ses recherches.

Les conséquences de l'inactivité sont assez importantes.

Ryan Rhodes, chercheur à l'Université de Victoria

Trouver une activité que l'on aime

Depuis 20 ans, le chercheur de l'Université de la Colombie-Britannique Guy Faulkner étudie les effets de l'exercice sur le bien-être et le bonheur. En pleine pandémie, l'exercice est un outil qui sert non seulement à rester en forme physiquement, mais aussi à renforcer le bien-être mental, avance-t-il.

Guy Faulkner et Ryan Rhodes ont découvert des tendances qui ont aidé les gens à continuer à bouger malgré les restrictions.

Les gens qui promènent leurs animaux de compagnie ou qui ont du matériel d'exercice à la maison, par exemple, sont parvenus à maintenir un certain niveau d'activité physique.

Les routines n'ont pas besoin d'être compliquées, estime M. Faulkner : Je pense que nous devons faire un effort conscient.

Parvenir à transformer de nouvelles routines en habitudes est sans doute la partie la plus difficile, selon M. Rhodes.

Ses recherches montrent qu'une activité doit être répétée quatre fois par semaine pendant six semaines avant qu'elle ne fasse partie d'un mode de vie.

Il importe donc de choisir une activité qu'on aime réellement, disent les chercheurs.

Les séances d’activité physique en groupe jugées les plus risquées pour la propagation du coronavirus sont interdites en Colombie-Britannique jusqu'au 7 décembre.

Avec les informations de Chad Pawson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !