•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Solos de danse aux creux des mains

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
«Solos prêts-à-porter»

«Solos prêts-à-porter»

Photo : Radio-Canada / Courtoisie @ Raphaël Posadas

Au gré d'une balade sur la rue Saint-Jean, on peut découvrir jusqu’au 29 novembre, huit solos de danse. L’expérience proposée n’est pas banale. La compagnie Danse K par K a imaginé un parcours constitué de huit vidéos à visionner dans le creux de nos mains.

Ce projet intitulé Solos prêts-à-porter se déploie dans huit vitrines de commerces du quartier Saint-Jean-Baptiste. La chorégraphe Karine Ledoyen avait envie d’offrir un prolongement aux chorégraphies conçues l’été dernier, dans le cadre de l’événement Osez! en solo.

On avait demandé à 20 artistes au Québec et en France, de créer un solo, et c'était présenté à un spectateur à la fois, rappelle la directrice de la compagnie Danse K par K. Ce nouveau projet intimiste piloté par Karine Ledoyen et son équipe offrent une expérience surprenante et amusante aux spectateurs.

Affiche de «Solos prêts-à-porter» de Danse K par K

Parcours du projet «Solos prêts-à-porter» de danse K par K

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Danse K par K

Une résidente du centre-ville de Québec, Marie-Josée Lewis avait remarqué la station d’écoute installée dans la vitrine du commerce Cantook avant d’y revenir avec sa famille pour découvrir le solo d’Odile-Amélie Peters.

Ça m'a questionnée; je me suis demandé ce que c’était. J'avais vu le spectacle Osez!, l’été dernier. Donc je me suis dit, c'est peut-être pour donner un peu d'art dans la vie des gens du quartier.

C'est drôle quand même! C'est plus facile [à voir] quand ce sont des couleurs vives que des couleurs sombres. C'est un petit moment ludique. C'est sympathique!

Marie-Josée Lewis, une résidente du centre-ville de Québec

Les huit stations d'écoute ont été aménagées sur la rue Saint-Jean, entre le café Au Bonnet d’Âne et la boutique Jupon Pressé. C’est ainsi que jusqu’au 29 novembre, on pourra découvrir les chorégraphies, notamment de Julia-Maude Cloutier, de Fabien Piché et de Léa Ratycz-Légaré.

Cette dernière s’est inspirée d’une émotion vive pour créer son solo de danse. Je suis partie d’une nostalgie, d’une tristesse, d’une angoisse que j’avais besoin de relâcher pour pouvoir continuer mon chemin, avec bonheur. On a tourné les images dans une rivière abandonnée située dans Boischatel. C'est vraiment beau!

«Solos prêts-à-porter» de la compagnie Danse K par K

Odile-Amélie Peters dans «Solos prêts-à-porter» de la compagnie Danse K par K

Photo : Radio-Canada / Courtoisie Danse K par K / Raphaël Posadas

Léa Ratycz-Légaré a terminé ses études en danse, il y a 7 ans. En cette période de pandémie, l’artiste dit avoir bien hâte de retrouver plus de liberté pour partager son art. Entre-temps, on peut découvrir le projet Solos prêts-à-porter, avec ses vidéos raffinées qui sont accompagnées de balados.

Ceux et celles qui le souhaitent pourront obtenir une image plus claire des projections en utilisant, entre autres, un mouchoir ou la page blanche d’un cahier... À moins de préférer la part de mystère d’un solo qui se déploie aux creux de vos mains.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !