•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Snapchat lance Spotlight, un fil public de vidéos sur le modèle de TikTok

L'application Snapchat sur un téléphone intelligent.

L'application Snapchat lance une nouvelle fonctionnalité qui imite TikTok.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Agence France-Presse

Son concept de publications éphémères a été largement copié par les autres réseaux, mais c'est au tour de Snapchat de s'inspirer de la concurrence : l'application au logo de fantôme lance Spotlight, un fil public de contenus produits par les internautes, sur le modèle de TikTok.

Les adeptes de Snapchat – en majorité des ados et des jeunes adultes – ne publiaient jusqu'à présent leurs photos et vidéos que pour leurs contacts ou dans des messages privés.

Toutefois, à partir de lundi, les internautes de 11 pays, dont les États-Unis, le Canada et la France, pourront diffuser leurs créations dans un fil public, personnalisé automatiquement par un algorithme.

Cette formule a fait le succès de TikTok, en alimentant d’un côté l'espoir de l'internaute de créer une vidéo virale, et en permettant de l’autre de faire défiler une sélection sur mesure de contenus courts.

Apprendre de la concurrence

Snapchat, qui travaille sur Spotlight depuis un an et demi, a tiré des leçons des modèles existants, comme ceux de TikTok ou d’Instagram, avec la fonctionnalité Reels.

Pour commencer, les contenus devront être approuvés par l'équipe de modération de la plateforme. Par la suite, l’application fera une combinaison d'interventions humaines et d'intelligence artificielle.

Snapchat, fréquentée par près de 250 millions d’internautes au quotidien, n'a pas révélé combien de personnes travaillent à cette tâche potentiellement gargantuesque, mais estime que celle-ci en vaut la chandelle.

La direction préfère choisir les contenus qui seront vus par des millions de personnes plutôt que de devenir une plateforme ouverte qui doit sans cesse se préoccuper de retirer les contenus à problème.

Un écran de téléphone intelligent qui montre l'interface de l'application Snapchat et sa nouvelle fonction, Spotlight, le tout sur un fond jaune canari.

Les adeptes de Snapchat peuvent maintenant publier leurs contenus dans un fil public.

Photo : Courtoisie Snapchat

Facebook, Instagram, TikTok, YouTube et les autres réseaux sociaux se voient régulièrement reprocher de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, les incitations à la violence et les discours haineux.

Snapchat connaît aussi ce genre de problèmes, qui nuisent à la confiance des internautes et des publicitaires. Il y a quelques jours, dans la ville française d'Annecy, un lycéen a été mis en examen pour avoir menacé de mort une enseignante sur le réseau.

Autre différence majeure avec les fils rivaux : il n'y a pas de commentaires publics sur Spotlight. Les internautes pourront toutefois faire des remarques privées aux créateurs et créatrices, si leurs contenus ne sont pas publiés en mode privé.

La plateforme entend ainsi créer un environnement positif, où il n'est pas possible d'être désagréable.

Des gains possibles

Snapchat insiste sur l'égalité entre ses adeptes, qui se disputeront d'éventuels gains financiers sur la base de l'intérêt suscité par leurs contenus. Plus de 1 million de dollars seront distribués chaque jour.

Les snaps sont évalués sur la base des interactions avec les gens, comme le temps passé à regarder une vidéo ou les cœurs attribués. Les revenus sont déterminés en fonction du nombre de visionnements uniques.

Extrait du communiqué

Cette annonce survient alors que Snapchat ne réussit toujours pas à dégager de profits, et ce, plus de deux ans après son entrée en Bourse. Au troisième trimestre, la société a ainsi perdu quelque 200 millions de dollars américains (262,1 millions de dollars canadiens).

La plateforme a toutefois doublé son chiffre d'affaires pour atteindre 680 millions de dollars américains (891,1 millions de dollars canadiens), notamment grâce à de nouveaux outils pour inciter ses adeptes à passer toujours plus de temps sur l'application, et de nouveaux produits publicitaires pour essayer des accessoires en réalité augmentée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !