•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : 1164 nouveaux cas et 13 décès de plus au Québec

L'infirmière insère une tige dans la bouche de la personne qui attend dans sa voiture.

Plus de 20 000 tests ont été effectués le 21 novembre au Québec.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Radio-Canada

Ce nouveau bilan qui fait état de 1164 nouveaux cas d'infection au cours des dernières 24 heures porte à 133 206 le nombre total de cas de COVID-19 au Québec depuis le début de la pandémie.

Ces nouvelles infections portent à 133 206 le nombre total de cas recensés au Québec depuis février.

Pour ce qui est des 13 décès déclarés, 3 ont été enregistrés dans les dernières 24 heures et 10 sont survenus entre le 16 et le 21 novembre.

Le bilan total des pertes de vie dues au coronavirus dans la province s'établit maintenant à 6842.

Le nombre d'hospitalisations a quant à lui diminué de 8 par rapport à la veille, pour un total de 634. De ce nombre, 98 personnes sont traitées aux soins intensifs, soit 5 de plus que la veille.

Les efforts de dépistage se poursuivent pendant ce temps dans toute la province, où 20 017 tests ont été effectués en date du 21 novembre.

Cela porte à 3 706 400 le nombre total des prélèvements effectués au Québec depuis le début de la pandémie.

La situation toujours problématique au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Alors que la propagation du coronavirus demeure relativement stable dans la région de Montréal et de la Capitale-Nationale, la progression de la maladie continue d'inquiéter au Saguenay–Lac-Saint-Jean, où le taux de cas actifs est actuellement de 410 personnes pour 100 000 habitants, soit le ratio le plus élevé dans la province.

Vient ensuite Lanaudière (principalement le nord de la région), où le taux de cas actifs atteint 235 personnes par tranche de 100 000 habitants, suivie de la Gaspésie avec un taux de 164 pour 100 000 habitants.

À Montréal et dans la Capitale-Nationale, la situation demeure sous contrôle avec des taux de cas actifs respectifs de 130 et de 138 personnes par 100 000 habitants.

Les femmes plus touchées par la maladie

Selon les plus récentes données de la santé publique québécoise, les femmes sont toujours les plus touchées par le coronavirus au Québec à raison de 54,8 % des cas confirmés, contre 45,2 % pour les hommes, toutes catégories d'âge confondues.

Il en va de même pour les décès attribués à la COVID-19 qui emportent 54,3 % des femmes atteintes de la maladie contre 45,7 % pour les hommes.

Pour ce qui est de l'âge des personnes décédées, 91,7 % d'entre elles étaient âgées de plus de 70 ans.

Québec s'attaque aux mouvements de personnel en santé

Une infirmière dans une salle d'opération.

Il y a 77 000 infirmières et infirmiers au Québec, dont 61 946 travaillent actuellement dans les établissements du réseau.

Photo : Getty Images / gpointstudio

Pendant ce temps, à Québec, le ministre de la Santé, Christian Dubé, compte s’attaquer de front au problème de la pénurie d’infirmières ainsi qu’à la trop grande mobilité du personnel en santé.

Selon le cabinet de M. Dubé, le ministre a demandé un portrait de la situation des effectifs en santé pour déterminer combien d’infirmières, de responsables des soins et de préposés aux bénéficiaires travaillent à temps partiel et à temps complet afin de trouver de solutions pour stabiliser les mouvements de personnel dans le réseau.

Le ministre veut un portrait clair du recours aux agences privées pour combler des besoins en personnel dans le réseau de la santé ces dernières années.

Ente 2019 et 2020, pas moins de 7 millions d’heures de travail ont été comblées par des agences de placement dans le réseau de la santé québécois. Cette année, 6,8 millions d’heures ont été comblées par du personnel d’agences privées entre avril et octobre.

Au cabinet de Christian Dubé, on estime que c’est beaucoup trop et qu’il faut davantage de stabilité dans la main-d’oeuvre en santé.

Rappelons qu’une pratique répandue dans le milieu de la santé au Québec consiste à occuper des postes à temps partiel, car les conditions de travail reliées aux postes à temps complet sont souvent jugées tropdésavantageuses par le personnel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !