•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le non-respect des règles risque de faire augmenter les cas de COVID-19 à Fond-du-Lac

Pancarte sur laquelle il est inscrit "Bienvenue à Fond-du-Lac" en anglais (archives).

Fond-du-Lac compte environ 1000 habitants. Selon l'Autorité de la Santé d'Athabasca, un tiers d'entre eux auraient été en contact avec une personne infectée par la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans le nord de la Saskatchewan, l’Autorité de la Santé d’Athabasca affirme que des résidents de Fond-du-Lac infectés par la COVID-19 ou exposés à la maladie ne respectent pas les mesures préventives.

Certaines personnes déclarées positives refusent de s'auto-isoler.

D'autres, qui ont été en contact avec le SRAS-CoV-2 ont, dans certains cas, des symptômes de la maladie, refusent de se faire tester. Certains habitants organisent même des fêtes.

Nous avons été mis au courant qu'il y avait eu une fête regroupant plus de 50 personnes, affirmaient dimanche les autorités de la santé sur leur page Facebook. Ce rassemblement pourrait devenir une importante source de contamination.

Les rassemblements intérieurs en Saskatchewan sont limités à cinq personnes.

L’Autorité de la santé de la région affirme aussi que des personnes exposées au coronavirus continuent de fréquenter les commerces locaux et mettent en danger la santé de la communauté.

Les mesures restrictives pour contenir la propagation de la maladie devraient être maintenues pour moins durant encore trois semaines, selon les responsables.

Nous aurons besoin de l’aide de toute la communauté [pour contenir le virus].

Autorité de la santé d'Athabasca

En moins de 14 jours, la communauté isolée d’environ 1000 personnes a vu le nombre de cas bondir et passer de 0 à 66. En tout, 46 d'entre eux sont considérés comme actifs, et 325 personnes ont été en contact avec un malade.

Les autorités sanitaires estimaient, la semaine dernière, que deux tiers des cas seraient liés à l’école de la communauté. L’établissement a fermé temporairement ses portes.

Pendant plusieurs semaines, un bris mécanique empêchait le village d’avoir accès à de l’eau courante, ce qui a rendu le lavage des mains plus difficile. Selon l’Autorité de la santé, cette situation pourrait être l’une des causes de la récente éclosion.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !