•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Il importe de garder les écoles ouvertes, estime le défenseur de la jeunesse du N.-B.

Norman Bossé donne une conférence de presse.

Le défenseur des enfants et de la jeunesse, Norman Bossé, présente son rapport intitulé « Protéger les droits de l’enfant en période de pandémie ».

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Radio-Canada

Les élèves du Nouveau-Brunswick comptent parmi les premiers et les plus gravement touchés par la fermeture des écoles en temps de pandémie, selon le défenseur des enfants et de la jeunesse, Norman Bossé.

M. Bossé a publié, vendredi, un rapport intitulé Protéger les droits de l’enfant en période de pandémie (Nouvelle fenêtre). Il recommande de garder les écoles ouvertes autant que possible.

Lorsque les écoles ont été fermées à l’arrivée de la COVID-19, au printemps dernier, bien des élèves ont perdu plus que du temps consacré à leur éducation, explique M. Bossé, ils ont aussi perdu une stabilité et l’accès à des services essentiels, ce qui les laisse dans une situation de vulnérabilité.

Les enseignants et d’autres membres du personnel scolaire sont au premier plan pour constater si les jeunes se portent bien ou non, indique M. Bossé.

Lorsqu’un élève a des difficultés, les enseignants sont généralement les premiers à s’en rendre compte, souligne-t-il.

Il faut recueillir plus de données, selon Norman Bossé

La province manque toutefois de données sur les jeunes et la pandémie, explique Norman Bossé. Il se demande comment les jeunes vivent cette situation jusqu’à présent, à la maison comme à l’école.

Le défenseur des enfants et de la jeunesse recommande au ministère de l’Éducation de sonder les élèves pour savoir comment ils ont vécu la pandémie et la fermeture temporaire des écoles.

Lorsque ces données seront recueillies, il sera alors possible de déterminer ce qui a exercé le pire effet sur les jeunes, ce qui n’a pas bien marché à la réouverture des écoles. Ont-ils plus souffert de ne pouvoir jouer ensemble, de ne pas revoir leurs amis en personne, de ne pas pouvoir visiter leurs amis?

Norman Bossé dit être très préoccupé par les élèves qui ne sont pas retournés à l’école cet automne. Il recommande qu’une vérification soit faite auprès de chacun d’eux.

Le ministère de l’Éducation a approuvé 2316 demandes d’éducation à domicile pour cette année scolaire.

Norman Bossé présente six recommandations dans son rapport, dont celles de créer un parlement jeunesse et d’inclure dans les lois provinciales les éléments de la Convention des Nations Unies relative aux droits de l'enfant.

Le rapport complet Protéger les droits de l’enfant en période de pandémie (Nouvelle fenêtre) est disponible en ligne.

Avec les renseignements de Lauren Bird, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !