•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès pour corruption de l'ancien président Nicolas Sarkozy suspendu jusqu'à jeudi

Retiré de la politique depuis sa défaite à la primaire de la droite fin 2016, M. Sarkozy encourt dix ans de prison et un million d'euros d'amende.

M. Sarkozy porte un couvre-visage.

L’ex-président français Nicolas Sarkozy, alors qu’il participait à la commémoration du 102e anniversaire de l’Armistice de 1918, qui a mis fin à la Première Guerre mondiale, le 11 novembre 2020 à Paris.

Photo : AFP / YOAN VALAT

Reuters

Le tribunal correctionnel de Paris a décidé lundi de suspendre jusqu'à jeudi le procès de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption et trafic d'influence.

L'avocat de l'ancien magistrat Gilbert Azibert, qui figure parmi les prévenus tout comme l'avocat Thierry Herzog, avait demandé le renvoi du procès en raison de l'état de santé de son client.

Le tribunal a ordonné une expertise médicale dont les conclusions seront rendues jeudi avant 9 h. L'audience a donc été suspendue jusqu'à jeudi 13 h 30; le tribunal statuera alors sur un éventuel renvoi du procès.

Nicolas Sarkozy, président de la République de 2007 à 2012 qui a conservé une forte influence au sein de la droite française, nie toute malversation.

La justice l'accuse d'avoir promis un poste à Monaco à Gilbert Azibert en échange d'informations confidentielles au sujet de l'enquête sur des soupçons de versements illégaux qu'il aurait reçus de la milliardaire Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, pour le financement de sa campagne électorale de 2007.

Photomontage de trois accusés d'un procès pour corruption.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’ex-président français Nicolas Sarkozy (au centre) sera jugé pour corruption en compagnie de l’avocat Thierry Herzog (à gauche) et du juge Gilbert Azibert (à droite).

Photo : AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT

Un certain Paul Bismuth

Dans le cadre de l'enquête sur un éventuel financement libyen de cette campagne, les juges ont décidé en 2013 de placer sur écoute l'ancien chef de l'État et son avocat Thierry Herzog. Ils ont alors découvert que les deux hommes communiquaient à l'aide de téléphones portables enregistrés sous de faux noms, en l'occurrence celui de Paul Bismuth pour l'ancien chef de l'État.

Selon les enquêteurs, les écoutes téléphoniques ont révélé que Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog avaient à plusieurs reprises évoqué des contacts avec Gilbert Azibert, magistrat à la Cour de cassation qui avait à ce titre accès à des informations sur l'enquête concernant Ingrid Bettencourt.

D'après eux, Nicolas Sarkozy a proposé à Gilbert Azibert de l'aider à obtenir un poste à Monaco en échange d'informations confidentielles. M. Azibert n'a jamais eu de poste à Monaco, a déclaré Nicolas Sarkozy dans un entretien à BFM TV plus tôt ce mois-ci.

Thierry Herzog et Gilbert Azibert sont jugés aux côtés de Nicolas Sarkozy pour corruption et trafic d'influence ainsi que pour violation du secret professionnel. Ils sont tous trois passibles de dix ans d'emprisonnement.

En mars prochain, Nicolas Sarkozy devra répondre d'accusations de financement illégal de sa campagne électorale de 2012 dans le cadre de l'affaire dite Bygmalion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !