•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement marqué pour les décorations de Noël dans la région

Une femme regarde l'étalage de décoration de Noël dans le marché By.

La vente de décorations de Noël est bien amorcée au marché By.

Photo : Radio-Canada / Daniel Bouchard

Radio-Canada

Les affaires des commerçants qui vendent des décorations de Noël vont comme sur des roulettes, même si les prix sont plus hauts qu'à l'habitude.

Sapin de Noël et couronnes partent comme de petits pains chauds cette fin de semaine.

Cette année, on vend plus, fait valoir Claire Lavoie, qui tient un kiosque où l’on peut acheter des couronnes de Noël dans le marché By. Elle estime que, comme tout le monde doit rester à la maison, ça donne l’occasion de profiter des décorations de Noël, ce qui expliquerait également l'engouement pour celles-ci.

Les sous que les fonctionnaires ont économisés cette année en travaillant à la maison servent à décorer, avance Mme Lavoie.

Une femme regarde des couronnes de Noël étalées sur une table devant elle.

Claire Lavoie est propriétaire d'un kiosque où l'on vend des couronnes de Noël.

Photo : Radio-Canada / Daniel Bouchard

Cette dernière estime aussi que les snowbirds coincés au Canada pour l’hiver en raison de la pandémie changent aussi la donne. Les gens qui allaient aux États-Unis n’y vont pas cette année, alors là ils décorent eux autres, s'exclame-t-elle.

Si les lumières et les décorations servent à enjoliver nos maisons, elles ont aussi pour fonction de nous changer les idées en cette fin d'année marquée par une deuxième vague de COVID-19.

Les gens, cette année, ils veulent décorer pour avoir plus de joie dans la maison, on ne peut pas se voir trop, alors en décorant la maison...

Claire Lavoie, propriétaire d'un kiosque dans le marché By

Mme Lavoie est la seule à vendre des couronnes de Noël cette année, les autres commerçants ayant pris leur retraite. Avec les ventes qui ne cessent de se conclure, cette dernière estime qu'elle n'aura d'autres choix que de fermer boutique vers la mi-décembre. Je vais manquer de branches, lance-t-elle.

Si la pandémie en désavantage plusieurs, Mme Lavoie est chanceuse. Elle a le marché By à elle seule et ses ventes sont incomparables comparées aux années précédentes.

Avec les informations de Daniel Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !