•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Québec obtient gain de cause devant le Tribunal administratif du travail

La centrale hydroélectrique de Bersimis-2, vue en plongée.

Des mécaniciens du complexe Bersimis refusaient de façon concertée de travailler les soirs et les fins de semaine depuis le 4 novembre.

Photo : Gracieuseté de Hydro-Québec

La Presse canadienne

Le Tribunal administratif du travail (TAT) a donné raison à Hydro-Québec et il oblige les employés de la région de Manicouagan à recommencer à fournir leurs prestations de travail le soir et la fin de semaine, dans une décision rendue dimanche.

Hydro-Québec avait soumis vendredi une demande au Tribunal puisque des mécaniciens du complexe Bersimis, situé dans le nord du Québec, refusent de façon concertée de travailler les soirs et les fins de semaine depuis le 4 novembre.

Le tribunal a jugé illégal ce moyen de pression des employés.

La société d'État a expliqué que ce refus des employés de travailler en heures supplémentaires le soir et la fin de semaine retarde la remise en service de certains équipements après des bris, ce qui affecte sa production.

Hydro-Québec a aussi rappelé que ce moyen de pression pourrait être davantage dommageable à l'approche de la saison hivernale, où la demande en électricité est à son niveau maximal.

Le Syndicat des employé-es de métiers d'Hydro-Québec, section locale 1500, et Hydro-Québec se sont rencontrés vendredi pour tenter de régler leur conflit, mais aucun accord n'est survenu.

Les parties ont donc témoigné devant le Tribunal samedi.

Les employés devront recommencer à fournir leur prestation de travail habituelle et à effectuer les heures de travail requises en heures supplémentaires de soir et de fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !