•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Diminution des services infirmiers : Rémigny veut mobiliser la population

Une affiche indique Bienvenue à Rémigny.

L'entrée de la municipalité de Rémigny

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

La Municipalité de Rémigny compte mobiliser la population dans le dossier des services de soins infirmiers.

Elle veut faire pression sur le CISSS-AT afin de l'amener à revenir sur son plan de réorganisation des services de santé en région, mis en place pour faire face à la pénurie de personnel infirmier.

La mairesse Isabelle Coderre a déjà interpellé la PDG du CISSS-AT Caroline Roy en lui rappelant les répercussions de la décision sur les citoyens de sa municipalité.

Elle compte aussi sur la mobilisation d'autres municipalités concernées par la situation.

Au départ, on voulait donner de l'information à nos gens, contacter les autorités. J'ai envoyé de l'information, des courriels à plusieurs instances de gouvernement, des députés et tout ça. J'attends de leurs nouvelles, dit-elle.

La mairesse ne compte pas en rester là. D'autres actions s'en viennent, mais elle préfère ne pas trop en dire.

On a d'autres actions qui s'en viennent. On veut faire parler de nous, on veut être écoutés. Si on n'a pas de réponse, on va chercher à en avoir, parce qu'on a d'autres démarches qui sont plus drastiques, parce que notre but c'est de se faire entendre, promet Isabelle Coderre.

Des conséquences sur les personnes âgées

Selon la mairesse, les conséquences de la décision du CISS-AT se font déjà sentir, surtout auprès des personnes âgées qui doivent parcourir plusieurs dizaines de kilomètres pour recevoir des soins infirmiers à l'hôpital de Ville-Marie.

Ça n'a pas de sens qu'on ait à se déplacer, je pense aux personnes âgées. J'ai une voisine qui va probablement se résigner à aller dans un centre pour personnes âgées parce qu'elle est en mesure de rester chez elle, puisqu'elle avait la possibilité d'avoir une infirmière à portée de main trois jours semaine. Là, elle a perdu cette sécurité-là. C'est un exemple parmi d'autres de gens qui vont peut-être être amenés à prendre des décisions pas faciles, parce qu'il n'y a plus de services dans le secteur, raconte la mairesse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !