•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hébergement d'urgence : des organismes en itinérance dénoncent la lenteur bureaucratique

Des lits, des tables et des chaises dans un aréna.

Le Centre Robert Guertin a été transformé en refuge provisoire pour les personnes sans-abri. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jacques Corriveau

Radio-Canada

L'arrivée imminente de la neige et du froid inquiète certains organismes communautaires de l'Outaouais qui attendent toujours un plan pour loger les personnes sans-abris cet hiver.

Un membre de l'organisme Itinérance Zéro a publié une vidéo sur Facebook cette fin de semaine dans laquelle il critique la lenteur de la bureaucratie dans le dossier.

Ça traine en longueur depuis 10 mois, résume Benoit Leblanc. Le directeur d'Itinérance Zéro a fait savoir qu'il installerait des roulottes de chantier qui lui ont été prêtées pour loger des personnes itinérantes qui n'arrivent pas à avoir de place disponible à l'aréna Guertin.

C'est sûr que dans un mois et demi, s'ils ont trouvé finalement le local idéal, là on procèdera à ce plan-là et je retirerai les roulottes, a-t-il ajouté en entrevue dimanche.

M. Leblanc a essayé d'obtenir l'autorisation d'installer des roulottes sur un terrain de la Ville, mais permis ou pas, celles-ci seront fonctionnelles d'ici deux semaines, selon lui.

S’il y a des amendes, des arrestations, et bien j’irai en dedans.

Benoit Leblanc, directeur d'Itinérance Zéro

Son témoignage a suscité bien des réactions de la part d'autres organismes, dont le Collectif régional de lutte à l'itinérance de l'Outaouais qui réclame plus de subventions de la Ville et du Centre intégré de santé et de Services sociaux (CISSS) de l'Outaouais.

Son porte-parole Alexandre Deschênes réclame notamment plus de ressources, quitte à faire preuve de créativité. Ce dernier soutient que les 59 places à l'aréna et les 40 places au Gîte Ami sont déjà toutes prises.

Est-ce que les pompiers volontaires peuvent venir donner un coup de main, est-ce qu'on peut avoir de l'aide des autres villes, a-t-il demandé, en entrevue à Radio-Canada.

M. Deschênes voudrait également que l'on accorde plus de pouvoir décisionnel aux organismes, dont le sien, qui a tout de même réussi à avoir une place à la table de consultation. Il souhaite que les choses bougent plus vite.

Je ne dis pas qu’il n'y a rien qui est fait, il y a du travail qui est fait, mais tout va beaucoup trop lentement. On n’a pas le sentiment d’urgence en arrière, a-t-il fait valoir.

Disons que l’inquiétude est de plus en plus grande.

Alexandre Deschênes, porte-parole du Collectif régional de lutte à l'itinérance de l'Outaouais

C'est certain qu'on veut que les choses avancent un peu plus vite, mais il faut comprendre que ce n'est pas nous qui avons la main mise dessus, avance Lise Paradis, directrice exécutive du Gîte Ami de Gatineau.

Cette dernière ajoute que le Gîte Ami, en partenariat avec plusieurs organismes, travaille à mettre sur pied une halte chaleur qui devrait ouvrir dès le 1er décembre.

Des places en motels ont également été confirmées, 17, selon Mme Paradis. L'organisme serait également en attente pour une vingtaine de places supplémentaires, mais ce ne sera pas suffisant, indique la directrice exécutive.

Démarches en cours

Le CISSS de l'Outaouais explique qu'il collabore avec le ministère de la Santé à ce sujet ainsi qu’avec les partenaires communautaires et la Ville de Gatineau.

Dans un courriel adressé à Radio-Canada, le CISSS de l'Outaouais soutient que le projet des modulaires pour la clientèle en situation d’itinérance est toujours une option évaluée par le CISSS de l’Outaouais actuellement pour relocaliser la clientèle qui utilise présentement l'aréna Robert-Guertin.

Des démarches sont en cours et aucune décision n'a été prise encore dans le dossier, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !