•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des enseignants obtiennent le droit de tenir leurs cours en ligne en Beauce

L'établissement scolaire enregistre 58 cas positifs à la COVID-19.

La façade de la polyvalente Saint-François

Depuis le 1er novembre, 50 élèves et huit membres du personnel ont été déclarés positifs à la COVID-19 à la polyvalente St-François.

Photo : Radio-Canada

Malgré des directives différentes de la santé publique, les élèves de 3e,4e et 5e secondaire de la Polyvalente Saint-François, située en Beauce, poursuivront leur scolarité à la maison à temps plein dès lundi. Une décision que la direction a prise pour accommoder les enseignants « épuisés ».

Depuis le 1er novembre, l’établissement voit s’additionner les cas de COVID parmi les élèves. Depuis le début du mois, 50 d’entre eux ont contracté la maladie, ainsi que huit membres du personnel.

Ces infections ont mené au retrait préventif de 13 groupes, soit 362 élèves. En somme, il s’agit de la moitié de l’école, qui compte 735 élèves, précise le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin.

Pour freiner la propagation du coronavirus à la polyvalente beauceronne, la santé publique régionale a demandé que l’enseignement soit prodigué de deux manières en simultané pour une partie de l'établissement : pendant qu’une moitié des élèves était en classe, l’autre moitié serait à la maison avec des tâches à faire.

Les bulles-classes seraient toutefois restées ensemble et les différentes classes auraient alterné les rôles chaque semaine.

Le Centre de services scolaires a toutefois décliné cette première proposition, inquiet que des élèves perdent le fil du cursus scolaire en passant une semaine complète à la maison.

Enseignement en alternance

Une femme tape sur le clavier d'un ordinateur portable.

Plusieurs enseignants affirment que l'école en alternance aurait compliqué la tâche.

Photo : iStock

Pour que chacun puisse demeurer en contact avec son milieu scolaire tout en réduisant la taille des classes, la santé publique a proposé que l’alternance soit quotidienne.

Le Centre de services scolaire de la Beauce-Etchemin et la direction de la polyvalente adhéraient à cette deuxième proposition, y voyant une solution qui [...] était favorable aux apprentissages et à la santé psychosociale de nos élèves.

Nous étions en mesure de le faire rapidement, précise par courriel Marie-Ève Dutil, directrice par intérim au secrétariat général. Déjà, 180 élèves avaient reçu un enseignement à distance en novembre.

Cette fois, des objections ont été soulevées par les membres du personnel enseignant, la porte-parole du centre de services scolaire.

En effet, les professeurs, de leur propre initiative, ont opposé une fin de non-recevoir aux consignes de la santé publique, estimant qu’il était trop lourd d’enseigner - et de gérer - simultanément des élèves en classe et à distance.

Des enseignants épuisés

Les enseignants ont décidé que l'enseignement complètement à distance était préférable.

C'est comme si le professeur se retrouvait à faire deux tâches en même temps, parce qu'il doit s'occuper des élèves en ligne, des élèves en classe, c'était encore en rajouter sur une tâche qui est déjà bien garnie avec le contexte actuellement, affirme Dominic Loubier, président du Syndicat des enseignants de la Chaudière.

Les enseignants sont à bout de souffle, ajoute-t-il.

Devant la fronde des professeurs, la santé publique a tranché : tous les élèves de 3e,4e et 5e secondaire vont suivre leurs cours à distance depuis la maison, jusqu’au 1er décembre.

À partir du 2, ils pourront effectuer un retour progressif, selon l'évolution de l'éclosion.

Avec les informations d'Alexane Drolet, de Fanny Samson et de Kassandra Nadeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !