•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La station Camp Fortune prévoit une bonne saison de ski malgré la pandémie

La vue du remonte-pente au Camp Fortune.

La vue du remonte-pente au Camp Fortune. (archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada

Alors que d'importantes quantités de neige sont attendues d’ici lundi en Outaouais, la station Camp Fortune a de quoi se réjouir. Le directeur des services aux sports, François Bernier, s’attend à « une saison forte ».

Après avoir dû fermer leurs installations en mars dernier en raison de la COVID-19, les stations de ski pourraient cette fois-ci profiter de la pandémie.

La station Camp Fortune à Chelsea s’attend à accueillir plusieurs skieurs à son ouverture. On s’attend à avoir beaucoup de monde qui se présente les premières journées, alors on veut attendre qu’on ait plus de place pour ne pas que ce soit ennuyant d’être en ligne, explique M. Bernier.

La station souhaite entamer sa saison dans deux semaines. Cette année, on va attendre qu’on ait au moins deux pistes d’ouvertes et quelques télésièges qui fonctionnent pour essayer d’aider avec la distanciation, souligne-t-il.

Beaucoup de gens ont acheté leur passe de saison. La plupart des gens s’attendent à ce que les espaces dans les pentes soient limités.

François Bernier, directeur des services aux sports au Camp Fortune

La saison sera différente cette année en raison des mesures sanitaires en place. Ça devrait être une saison forte. Malheureusement, je veux que tout le monde réalise que ça va être différent cette année, il faut amener notre patience avec nous, prévient M. Bernier.

En zone rouge, les chalets de ski ne seront ouverts que pour les installations sanitaires et pour permettre aux skieurs de se réchauffer pendant de courtes périodes.

Les gens qui sont de la même famille [et] la même maison [et] qui habitent ensemble peuvent monter dans le [remonte-pente] ensemble. Ceux qui sont des individus de différentes familles montent dans la chaise tout seuls, prévient M. Bernier. Ça veut dire un quadruple tombe à une chaise, une personne par chaise, lance-t-il.

Ça va devenir une activité de ski, on vient, on ski, on part. Malheureusement, c’est old school comme quand il n’y avait pas de chalet.

François Bernier, directeur des services aux sports au Camp Fortune

Des skieurs optimistes

La saison de ski se fait attendre pour plusieurs. On est fébrile parce que jouer dehors c’est important, lance Nancy Baker qui est venue acheter sa paire de skis à la boutique de la station. On a acheté les skis pour les enfants. Là, c’était à notre tour !

Elle a bon espoir que les sorties restent sécuritaires. C’est l’hiver quand même, et on est emmitouflé dans nos vêtements avec nos cache-cou et nos lunettes, alors je ne suis pas inquiète, dit-elle.

Mme Baker n’est pas la seule à attendre avec impatience de dévaler les pentes. Il va y avoir beaucoup d’activités qu’on ne pourra pas faire cette année, donc tout ce qui est plein air cette année, j’ai hâte, lance François Malette.

D’autres profiteront de la pandémie pour essayer un nouveau sport hivernal. Almir Martins et sa fille Nelhia s’adonneront à la planche à neige. Je me sens excité parce que moi et mon papa on voulait essayer du snowboard cette année, s’exclame-t-elle.

C’est une première pour moi aussi. […] Aussi avec le confinement j’essaie de m’activer un peu pour cet hiver, explique M. Martins.

Si la pandémie apporte son lot de défis à l’ensemble de la population, certains se permettront d’en relever de nouveaux sur les pentes. Tout le monde me dit que la [planche à neige] c’est pas mal compliqué, mais j’aime ça les défis. […] Ça va être le fun, lance-t-il.

Avec les informations d’Ismaël Sy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !