•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un homme prépare un kit pour tester une personne.

Plusieurs isoloirs divisent l'intérieur du hangar de la zone portuaire à Chicoutimi pour accueillir les personnes souhaitant se faire tester.

Photo : Gilles Munger

Radio-Canada

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean continue d'être frappé de plein fouet par la deuxième vague de la pandémie. La région est même la plus touchée au Canada, toute proportion gardée.

Santé Canada analyse les données de la COVID-19 dans chaque région du pays. En Ontario, par exemple, la ville de Toronto a enregistré 212 cas par 100 000 habitants ces deux dernières semaines. Montréal en enregistre 197 pour la même période. Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, cette proportion monte à 758 cas par 100 000 habitants au cours des 14 derniers jours.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean fortement touché par la COVID-19

Des chiffres qui font réagir les élus de la région.

C'est une très mauvaise nouvelle, affirme le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, qui croit que la région a besoin de plus de ressources pour faire face à la situation.

Un soutien qui devrait d'ailleurs arriver cette semaine, alors que des équipes de la Croix-Rouge canadienne seront déployées dans certains CHSLD.

La ministre responsable de la région et députée caquiste de Chicoutimi, Andrée Laforest, assure que des dizaines de bras sont déjà là pour aider, et que des ressources sont disponibles si la situation vient à empirer.

Cette semaine, on a réussi à avoir 100 ressources de plus à l'hôpital de Chicoutimi. Tous les jours, je parle au ministre de la Santé, et si on a besoin, oui il va m'aider, mais en même temps ce sont les citoyens qui ont la réponse. On a la situation dans nos mains, si on reste à distance, comment voulez-vous qu'on attrape le virus?

Pour le député conservateur de Chicoutimi-Le Fjord, Richard Martel, la population régionale doit se responsabiliser davantage. « Il faut être conscient que la situation n'est pas rose chez nous », déclare-t-il.

Avec les informations de Flavie Villeneuve.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !