•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’identité au cœur des discussions de la Fédération provinciale des Fransaskoises

Un drapeau fransaskois, une croix verte et une fleur de lys rouge sur fond jaune.

L’identité, tant au niveau du genre d’une personne que de son appartenance à la communauté, a été abordée par la Fédération provinciale des Fransaskoises.

Photo : Radio-Canada / Emilie Dessureault-Paquette

La Fédération provinciale des Fransaskoises (FPF) a modifié un de ses statuts dimanche lors de son assemblée générale annuelle qui s’est tenue de façon virtuelle. Désormais, toute personne qui s’identifie comme femme francophone peut devenir membre de l’organisme.

Ce changement a pour but de rendre la FPFencore plus inclusive, explique Agathe Gaulin, chargée de projet à la Fédération provinciale des Fransaskoises.

La coordonnatrice de la programmation de l’organisme, Émilie Lebel, soutient par ailleurs que l’identité fransaskoise en particulier a beaucoup changé au fil des années.

Dans le passé, les Fransaskois étaient ceux qui s'étaient installés ici en 1900. [...] Maintenant, la question se pose [ : ] si une personne est un nouvel arrivant, peut-il être considéré comme Fransaskois? [...] Des francophiles sont-ils considérés comme des Fransaskois? C'est donc vraiment important d’en parler, affirme-t-elle.

Émilie Lebel espère ainsi rassembler les femmes francophones de la province, malgré ce temps de pandémie.

Dans ce sens, la coordonnatrice est responsable d’un nouveau projet intitulé Activités d’une FPF rajeunie, qui a pour but d’accueillir et de rassembler les femmes de tous les âges afin de développer l’identité culturelle et le partage de connaissances en mettant l’emphase sur les femmes francophones et fransaskoises de 20 à 40 ans.

Émilie Lebel lancera notamment l'appel d'offres pour un magazine la semaine prochaine qui contiendra entre autres des recettes de grand-maman, une chanson, des photos, des dessins, des mèmes provenant de personnes qui s’identifient en tant que femmes ou non binaires de la province. Le magazine sera imprimé en mars.

Une AGA réussie

Agathe Gaulin affirme que les membres de la Fédération provinciale des Fransaskoises sont très fiers du nombre de personnes qui se sont présentées à cette assemblée.

Elle souligne que plus d’une vingtaine de membres avec le droit de vote étaient présents.

Comme de coutume, cette réunion a été l’occasion de nommer des membres à des postes au sein du conseil d’administration. Stéphanie Gaudet a été réélue présidente sans opposition pour un autre mandat de deux ans. Andréa Perrault a été nommée conseillère.

Le poste de secrétaire-trésorière a été prisé par deux candidates potentielles, ce qui a forcé l’assemblée à procéder à une élection. Chose qui n’a pas été le cas depuis longtemps, soutient Agathe Gaulin.

Finalement, Sylvie Gaudet a été élue à ce poste. Son adversaire, Sarah Mbau, a accepté de siéger en tant que conseillère.

Agathe Gaulin croit que cet engouement, cet intérêt de s’impliquer au sein de la FPF provient du fait que l’organisme a maintenant une programmation qui touche toutes les femmes fransaskoises, notamment sur la question de l’identité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !