•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Une femme qui porte un masque regarde la buée dans ses lunettes.

Le masque de protection peut contribuer à créer de la buée dans les lunettes.

Photo : getty images/istockphoto / Albina+Mihajlo

Radio-Canada

La pandémie a amené plusieurs personnes à consulter leur optométriste pour des nouveaux besoins.

Le port du couvre-visage par exemple provoque de la buée dans les lunettes et l'utilisation des écrans peut causer une plus grande fatigue visuelle.

Chez Lunetterie F. Farhat de Chicoutimi, les bâtonnets antibuée sont placés tout près de la caisse et ce n'est pas un hasard. L'opticien d'ordonnance et directeur de la succursale, David Paris, dit être inondé d'appels concernant les traitements antibuée.

Il affirme aussi vendre de 4 à 5 fois plus de lunettes de sécurité ajustées à la vue depuis le début de la pandémie.

Avant, on vendait ça à des mécaniciens, là on en vend à des éducatrices, les gens qui travaillent à l'hôpital, les gens en cuisine, assure-t-il.

Chez Optoplus, à Alma, on constate aussi que certains produits reviennent en force.

Le verre de contact avait été un peu délaissé au cours des dernières années, mais là, il y a un regain de popularité au niveau du verre de contact, vraiment, déclare l'optométriste Valérie Savard.

La fatigue visuelle pousse aussi plusieurs clients à consulter un spécialiste de la vue. Selon l'optométriste Steeve Otis, ces consultations sont en augmentation de 20 %.

Pour tenter de limiter les dommages oculaires, Steeve Otis conseille à ses patients de ne pas laisser un écran allumé dans un environnement obscur et de lever les yeux de son écran régulièrement.

À toutes les 20 minutes, on regarde à 20 pieds pendant 20 secondes. Avec ça, on va diminuer le spasme du cristallin, affirme l'optométriste.

À l'inverse, la crainte d'attraper le virus a amené certains patients à trop attendre avant de consulter un optométriste. Or, Valérie Savard rappelle que les conséquences peuvent être dramatiques.

La perte d'un oeil, ça peut entraîner la perte d'un emploi, ça peut entraîner la perte de confiance en soi, ça peut entraîner la perte du permis de conduire, explique-t-elle.

Les optométristes veulent rappeler à quel point la vue est précieuse et que des mesures sanitaires ont été mises en place pour éviter la propagation du virus.

Avec les informations de Claude Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !