•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inabuggy lance une épicerie virtuelle 3D pour vous permettre de parcourir les rayons

Une épicerie virtuelle.

Inabuggy a l'intention de reproduire cette expérience immersive avec d'autres détaillants dans les prochains mois.

Photo : Inabuggy

Vous pouvez maintenant aller à l'épicerie sans sortir de la maison. Le service de livraison Inabuggy a collaboré avec le chef cuisinier Marc McEwan pour lancer une épicerie virtuelle qui vous permet de faire vos courses en ligne tout en parcourant les rayons. Inabuggy compte répéter l'expérience avec d'autres détaillants dans les prochains mois.

Bien qu'il existe de nombreuses options pour la livraison de produits d'épicerie, la chaîne d'épiceries gastronomiques McEwan Fine Foods s'est lancé un nouveau défi : la création d'une visite virtuelle en 3D d'un de ses magasins.

Les clients peuvent marcher dans les allées du magasin McEwan Fine Foods Don Mills sans avoir à se déplacer, comme avec Google Street View.

Par cette nouvelle méthode d'achat en ligne, une technologie utilisée par Inabuggy, les utilisateurs peuvent cliquer sur les produits sur les étagères, les placer dans leur panier virtuel, les acheter et se les faire livrer.

C'est une opportunité de plus en termes d'accès aux clients, de mise en valeur de votre visuel, de mise en valeur de votre niveau de qualité et de votre histoire. Ça ne peut jamais vous blesser. Je pense que [l'expérience sera] très positive, dit le propriétaire du groupe McEwan, Mark McEwan.

Un homme debout.

Le chef Mark McEwan était juge à l'émission Top Chef Canada.

Photo : Fournie par Mark McEwan

Chaque occasion d'aller chercher un nouveau public en vaut la peine [et] dans ce contexte de pandémie nos habitudes ont changé, pense le chef cuisinier.

M. McEwan assure que la disponibilité des produits en ligne est mise à jour quotidiennement.

L'idée est d'améliorer l'expérience de l'utilisateur, affirme le fondateur et PDG d'Inabuggy, Julian Gleizer.

En pleine deuxième vague de la COVID-19, il voulait offrir une immersion fidèle à la réalité à ceux qui sont isolés à la maison, par exemple.

Ces derniers jours, nous avons constaté une augmentation significative dans l'intérêt d'utiliser la plateforme d'achat virtuel 3D d'Inabuggy. C'est très prometteur.

Julian Gleizer

Le directeur du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l’Université Dalhousie, Sylvain Charlebois, estime que ce genre de portail virtuel est un modèle intéressant pour les consommateurs et détaillants.

Le nombre de ventes en ligne au pays pourrait tripler d'ici la fin de l'année, explique le professeur.

On estime que 4,2 millions de Canadiens ont commencé à acheter des produits alimentaires en ligne au moins une fois par semaine depuis le début de la pandémie. C’est beaucoup de monde, lance-t-il.

Presque la moitié des Canadiens comptent acheter des aliments en ligne au moins une fois par semaine après la pandémie.

Presque 15 % des Canadiens ont été poussés à acheter en ligne en raison du virus, de la peur du virus.

Sylvain Charlebois

M. Charlebois souligne aussi que les Canadiens sont moins soucieux de laisser quelqu’un d’autre choisir leurs aliments, notamment parce qu’ils ont peur du virus.

Il y a des investissements énormes en ce moment. On parle de 12 milliards de dollars depuis quelques mois sur 5 ans. Les compagnies comme Loblaws, Sobeys et Walmart investissent [...] parce qu’on sait très bien que les gens vont vouloir plus acheter en ligne soit pour avoir accès à plus de produits ou parce qu’ils sont préoccupés par leur santé. C’est le stress que beaucoup de gens vivent en ce moment.

Le professeur Sylvain Charlebois, scientifique du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie, à Halifax.

Le professeur Sylvain Charlebois est le directeur du laboratoire en science analytique agroalimentaire de l'Université Dalhousie, à Halifax.

Photo : Sylvain Charlebois

Les détaillants apprennent à leur tour à se réinventer. L'approche de vente aux consommateurs sera de plus en plus raffinée avec le temps, croit d'ailleurs le professeur.

Ce qui se passe actuellement, c’est que les détaillants et même le service alimentaire apprennent à faire de l’argent en ligne et non seulement en magasin. C’est pour que j’ai l’impression que tout ça va rester à long terme après la pandémie, parce qu’on va vouloir inciter les gens à acheter de plus en plus de produits en ligne, note M. Charlebois.

Le côté positif pour les consommateurs évidemment c’est le sur mesure, ajoute-t-il.

Toutefois, l'utilisation de cette technologie est coûteuse et, au final, c'est le consommateur qui en payera le prix.

Ce qui est intéressant avec l’offre d’Inabuggy, c’est qu’on couvre le dernier kilomètre qui est très cher pour les détaillants et les restaurateurs. C’est l’avantage d’un service comme ça pour eux.

Sylvain Charlebois

Vous paierez au moins 5 % à 7 % de plus par des achats en ligne que les achats en magasin, souligne M. Charlebois.

Inabuggy collabore avec d'autres détaillants en vue d'offrir cette plateforme à d'autres magasins dans les prochains moins.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !