•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une équipe COVID du SPVG remet des constats d’infraction lors de rassemblements privés

Une voiture du Service de police de Gatineau, sous la pluie.

Depuis vendredi soir, le SPVG et son équipe-COVID a remis près d’une vingtaine de constats d’infraction.

Photo : Radio-Canada / Stu Mills

Radio-Canada

Depuis vendredi soir, le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) et son équipe COVID a remis près d’une vingtaine de constats d’infraction à la suite de rassemblements privés à Gatineau.

Le Service de police de Gatineau a mis en place une équipe COVID pour répondre à toutes les dénonciations en lien avec les rassemblements illégaux en temps de pandémie.

En imposant des amendes, les policiers veulent dissuader les gens de faire des fêtes privées. Un constat d'infraction pour un rassemblement illégal est de 1546 $ selon Renée-Anne St-Amant, porte-parole du SPVG.

On encourage les citoyens à nous appeler, s'ils pensent qu'il y a des gens qui ne respectent pas les mesures. C'est un effort collectif qu'on fait tous dans la société pour ralentir la progression de la COVID-19, soutient l'agente St-Amant.

On voit l'agente dans un bureau avec en arrière-plan des affiches du Service de police de la Ville de Gatineau.

Selon Renée-Anne St-Amant, porte-parole du SPVG, une équipe COVID est en place pour répondre aux appels des citoyens.

Photo : Radio-Canada

On va se déplacer sur chaque appel qu’on reçoit, on a une équipe COVID, dédiée à répondre aux appels COVID, mais l’équipe de patrouille régulière répond aussi à ces appels-là.

Renée-Anne St-Amant, porte-parole du SPVG

Les policiers répondront aux dénonciations en fonction d'un ordre de priorité selon les circonstances et l'heure de la journée.

Nombreuses interventions

Dans la nuit de samedi à dimanche, la police de Gatineau s'est rendue dans un logement du boulevard de l'Amérique-Française où avait lieu un rassemblement. Cinq personnes ont reçu un constat d’infraction.

Le SPVG est aussi intervenu dans un autre logement, sur le boulevard du Plateau, peu avant 2 h samedi matin. Une quinzaine de personnes se trouvaient à l’intérieur.

Au moins 10 constats d’infraction des directives de la santé publique ont été donnés. Quatre personnes seront également accusées d’entrave au travail de la police.

Vendredi soir, peu après 22 h 30, la police a été appelée à se rendre dans une maison de la rue de Brouage. Deux constats ont été remis.

Le SPVG fait mention d’un nombre de constats distribués à la suite de rassemblements privés particulièrement élevé cette fin de semaine.

La Ville de Gatineau est passée en zone rouge en octobre dernier. Rappelons que les mesures sanitaires en zone rouge interdisent d'accueillir des personnes habitant à une autre adresse.

Respecter les règles

Le conseiller municipal du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin, comprend que le confinement est une longue épreuve difficile, mais il souhaite que tout le monde mette la main à la pâte.

Il va falloir que les gens comprennent le message si on veut tous et toutes s'en sortir à un moment donné de cette COVID, lance-t-il en entrevue.

Le message est assez clair, évitez les rassemblements et portez vos masques.

Jocelyn Blondin, conseiller municipal district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau

Concernant les amendes données par les policiers, M. Blondin estime qu'elles ne sont pas assez sévères. Ce dernier rappelle que les citoyens peuvent dénoncer les rassemblements en appelant au 311.

Certains résidents du secteur sont excédés par ces fêtes illégales dans un contexte de pandémie.

On voit beaucoup de rassemblements illégaux, dans un bloc en particulier, soutient Valérie Majeau, rencontrée sur la rue, dimanche. Pour sa part, Karine Breton voit dans ces rassemblements un manque de respect.

C'est décourageant que les gens ne soient pas capables de respecter les règles.

Karine Breton, résidente du secteur

Un autre citoyen, M. Tremblay, souhaite même voir les policiers donner plus d'amendes et qu'elles soient plus salées, ce qui, à son avis, pourrait dissuader les Gatinois de se rassembler illégalement.

Avec les informations d'Estelle Côté-Sroka

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !