•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des commerçants en phase orange tentent de tirer leur épingle du jeu

Une rue passante de la ville de Moncton, on y voit entre autre la façade de la boutique B Home.

La situation est loin d’être idéale pour les entreprises de Moncton et de Saint-Jean.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À moins d’une semaine du Vendredi fou, la nouvelle du retour à la phase orange pour les zones 1 et 2 au Nouveau-Brunswick est tombée comme une tonne de briques pour plusieurs commerçants de Moncton et de Saint-Jean.

« Le timing est terrible », se désole Anne Poirier Basque, directrice générale de Moncton Centre-ville inc.

C’est le temps de l’année où les marchands font leur année ou non. C’est un peu décourageant pour eux.

Même si les magasins demeurent ouverts, de nombreux clients seront hésitants à se déplacer en personne pour faire leurs emplettes de Noël.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick Blaine Higgs a d’ailleurs lancé un message clair aux entreprises samedi : Ceux qui resteront ouverts tout au long de cette phase orange devront suivre les directives et nous ferons respecter les règles.

Hors de question donc, pour les consommateurs du nord de la province, de se déplacer dans la région de Moncton, pour venir y faire leurs courses comme dans les années passées.

Des personnes marchent dans un centre d'achats avec des sacs dans les mains.

Plusieurs commerçants de Moncton et Saint-Jean espèrent un retour à la phase jaune avant les fêtes.

Photo : Radio-Canada

Une impression de déjà-vu, pour Marc Blanchard, le propriétaire de la boutique B Home à Moncton, qui a des clients partout dans la province, ainsi qu’à l’Île-du-Prince-Édouard. La première phase orange qu’on a eue, j’ai certainement remarqué une différence, dit-il.

Marc Blanchard a dû annuler plusieurs événements promotionnels de sa boutique ; une façon efficace normalement de faire découvrir son établissement aux consommateurs.

Distanciation physique et magasinage

Pour entrer en contact avec des clients qui seraient hésitants à le visiter en magasin, Marc Blanchard offre désormais des services d’encadrement virtuellement.

Le client dépose sans contact à l’entrée de la boutique B Home l’item qu’il désire faire encadrer, puis Marc Blanchard effectue une sélection d’encadrement qu’il propose ensuite au client par Facetime ou discussion vidéo en ligne. Ça m’a aidé un petit peu, ça, confirme Marc Blanchard.

Quelques personnes dans un couloir examinent la vitrine d'une boutique.

Dans le centre commercial CF Champlain, à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, des autocollants sur le plancher aident la clientèle à respecter la consigne d'éloignement physique.

Photo : Radio-Canada / Guy R. LeBlanc

Marc Blanchard n’est pas le seul commerçant à faire preuve d’imagination pour diminuer les risques de propagation du virus tout en poursuivant le commerce.

Anne Poirier Basque indique que plusieurs propriétaires d’entreprises n’attendent que le coup de téléphone des clients.

Si vous voulez les appeler, il y en a qui prennent des rendez-vous, il y en a qui vont livrer à la maison, ou il y en a qui vont livrer à la voiture, confirme-t-elle.

Malgré les compromis, plusieurs commerçants espèrent toutefois un retour à la phase jaune avant les fêtes, afin que leurs clients se sentent plus à l’aise de les visiter.

D’après le reportage de Marie-Ève Brassard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !