•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une embuscade de l'EI fait neuf morts au nord de Bagdad

L'Irak n'a pas connu d'attentat majeur depuis plus de trois ans.

Une rangée de policiers derrière des boucliers et des fils barbelés.

L'Irak a déclaré il y a trois ans la « victoire » sur l'EI, mais le groupe conserve des cellules clandestines.

Photo : AP / Nabil al-Jurani

Agence France-Presse

Six militaires et trois civils ont été tués samedi soir dans une embuscade tendue par des djihadistes du groupe armé État islamique (EI) au nord de Bagdad, a indiqué à l'AFP un responsable local.

Une bombe placée en bord de route, à environ 200 kilomètres au nord de la capitale irakienne, a explosé au passage d'une voiture de civils. Lorsque des policiers et des membres du Hachd al-Chaabi – coalition de paramilitaires désormais intégrés à l'État – sont venus à leur rescousse, ils ont essuyé des tirs de djihadistes, a détaillé à l'AFP une source policière.

Quatre membres du Hachd tribal, les unités sunnites de cette coalition dominée par les chiites pro-Iran, deux policiers et trois civils ont été tués dans l'attaque de l'EI, a déclaré à l'AFP Mohammed Zidane, maire de la localité de Zouiya, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Tikrit.

L'attaque n'a pas été officiellement revendiquée, mais M. Zidane et la source policière ont tous deux accusé le groupe État islamique.

L'Irak a déclaré il y a trois ans la victoire sur l'EI, mais le groupe conserve des cellules clandestines dans les provinces sunnites du pays, notamment Salaheddine, où a eu lieu l'attaque de samedi soir.

Il y a une dizaine de jours, 11 personnes, dont des membres des forces de sécurité, avaient été tuées dans une attaque djihadiste contre une position militaire à l'entrée ouest de Bagdad.

Là aussi, le Hachd tribal avait payé le plus lourd tribut avec cinq morts.

Des attaques amoindries

L'EI était parvenu à s'emparer en 2014 de près du tiers du territoire irakien, qu'il a été forcé d'abandonner fin 2017, chassé de son califat autoproclamé après trois années de guerre mobilisant l'ensemble des troupes irakiennes et une coalition internationale de 76 pays.

Désormais, ses combattants se terrent dans les zones montagneuses ou désertiques du centre et de l'ouest du pays et ont largement perdu leur capacité à mener des attaques d'envergure.

S'ils continuent de mener des coups de force ici et là, les récents bilans de 9 et 11 morts sont particulièrement rares dans le pays, qui n'a pas connu d'attentat majeur depuis plus de trois ans.

Le mode opératoire – avec des grenades, des bombes déposées en bord de route ou des armes légères – reste sommaire, soulignent les militaires irakiens et les étrangers de la coalition anti-EI menée par les États-Unis.

De même, les djihadistes n'ont pas mené d'attaque dans des villes et se cantonnent jusqu'ici à des attaques nocturnes dans des zones peu peuplées.

Ces attaques interviennent alors que Washington a annoncé le retrait prochain de 500 de ses soldats, faisant tomber à 2500 le nombre de ses hommes en Irak.

La quasi-totalité des autres États membres de la coalition anti-EI a quitté le pays depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !