•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Autochtones sous-représentés dans l'industrie technologique de la C.-B.

Portrait de Josh Nilson.

Josh Nilson, qui est PDG d'East Side Games à Vancouver et qui se définit comme Métis, dit qu'il est important pour l'industrie de la technologie de recruter davantage d'Autochtones.

Photo : Vishala Marapon

Radio-Canada

Les résultats d’un sondage d’HR Tech Group indiquent que seulement 0,5 % des travailleurs du secteur technologique de la Colombie-Britannique se définissent comme Autochtones. Une faible proportion qui pousse des acteurs de l’industrie à mettre leur identité en avant.

Josh Nilson, PDG d'East Side Games à Vancouver, est métis et a vécu sa jeunesse dans le nord de la Colombie-Britannique, juste à l'extérieur de Prince George. En grandissant, il dit qu'il n'avait jamais pensé que la technologie était une option pour lui, jusqu'à ce qu'il suive un cours de création de sites web au Capilano College.

C'est quelque chose dont nous devons parler davantage dans nos studios pour essayer de changer cela, déclare M. Nilson. Nous devons faire ces petits pas pour changer le récit et en parler.

HR Tech Group, un organisme sans but lucratif qui fournit des données sur le marché du travail de la Colombie-Britannique, a sondé 134 entreprises de technologie dans la province. Le sondage indique que seulement 0,5 % des employés se sont définis comme Autochtones, alors que la Colombie-Britannique comptait 5,9 % d’Autochtones selon les données du recensement fédéral de 2016.

En 2019, l'organisation s'est associée au gouvernement provincial pour créer le Projet technologique pour la diversité et l'inclusion (Diversity & Inclusion Tech Project), qui vise à changer le visage de l'industrie.

Nous devons être capables de parler avec les médias, l'industrie et le gouvernement pour atteindre les enfants et leur dire que la technologie est une option pour eux, affirme M. Nilson. Je pense qu'en dehors de Vancouver et de Victoria, c’est très limité, en particulier dans le nord de la Colombie-Britannique. Peu de gens savent qu'ils pourraient travailler dans les jeux ou la technologie.

S'il parle de son cheminement personnel et de la gestion d'un studio de jeux, c'est pour sensibiliser le grand public.

Je veux montrer que c'est possible et j'espère qu'après avoir entendu mon histoire, quelqu'un se dira : "Hé, peut-être que je pourrais être ce type."

Avec les informations de Christina Jung et d'On The Coast.

Ailleurs sur le web :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !