•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de la manifestation devant le quartier général du Service de police d’Ottawa

Des manifestants devant le quartier général du Service de police d'Ottawa sur la rue Elgin.

La manifestation a entraîné la fermeture de la réception du quartier général du Service de police d’Ottawa sur la rue Elgin.

Photo : Radio-Canada / Nafi Alibert

Radio-Canada

Près d'une centaine de personnes dont des membres de la coalition Justice for Abdirahman ont manifesté samedi jusqu'en début d'après-midi devant le quartier général du Service de police d’Ottawa (SPO) sur la rue Elgin.

La réception du poste de police et le centre de rapport des collisions ont été fermés en raison de la manifestation tout comme la rue Elgin dans les deux directions entre l’avenue Argyle et la rue Catherine. La réception, le centre et la rue sont désormais rouverts.

Selon les informations de Radio-Canada, près d'une centaine de manifestants étaient devant le quartier général de la police.

Ils se sentaient trahis après que la police a dispersé une autre manifestation samedi matin à 3 h 30 et a porté plusieurs accusations contre 12 individus, a indiqué le SPO dans un communiqué.

Selon la police d'Ottawa, les protestataires bloquaient une voie importante pour les intervenants d'urgence, causant de multiples problèmes de sécurité. Le service de police a déclaré qu'il avait proposé aux manifestants d'autres lieux où se rassembler, mais après de multiples avertissements, elle a dispersé la foule.

Une douzaine de manifestants ont été arrêtés pour méfaits, mais ont tous été remis en liberté depuis. Une délégation de manifestants prévoit rencontrer le conseil d'administration du Service de police lundi.

Chercher le dialogue

Une rencontre devait avoir lieu au courant de la journée de samedi entre les manifestants, le Service de police d’Ottawa et Ville, mais celle-ci n’a finalement pas eu lieu. La conseillère Diane Deans qui siège également au conseil d'administration du Service de police d'Ottawa soutient qu'il y a eu érosion de la confiance.

Je pense que nous devons poursuivre la discussion, nous écouter et avancer ensemble.

Diane Deans, membre du conseil d'administration du Service de police d'Ottawa.

Plus tôt dans la journée, Mme Deans avait indiqué que le conseil ne pouvait pas interférer des les décisions de la police et qu'elle n'était pas personnellement impliquée dans la décision de mettre un terme à la manifestation.

De leur côté, les manifestants indiquent avoir perdu confiance en l’autorité.

Ça nous fait dire qu'il n'y a pas de confiance, qu'il n'y a pas d'honnêteté, qu'il n'y a pas de relation entre la police et la communauté, fait valoir Dahabo Omer, la porte-parole de la coalition Justice for Abdirahman. Cette dernière était ouverte au dialogue avant que les policiers n'arrêtent les manifestants en pleine nuit samedi.

Pour sa part, William Felepchuk, également membre de la coalition Justice for Abdirahman demande à ce que les autorités changent profondément leur relation avec les communautés.

Ils ont montré hier et aujourd’hui qu’ils ne respectent pas les vies des communautés noires et autochtones, ils nous ont arrêtés pendant une manifestation qui était calme, qui était tranquille.

William Felepchuk, membre de la coalition Justice for Abdirahman

Nous avons un droit de nous rassembler pour revendiquer les droits humains, rappelle-t-il. C'est vraiment inexcusable comment ils ont fait ça.

Jeudi, un groupe de manifestants s’était installé à l’intersection de l'avenue Laurier et de la rue Nicholas près de l'Université d'Ottawa. Des membres de la coalition de la diaspora noire d’Ottawa et de la coalition Justice for Abdirahman faisaient partie des manifestants. Ils réclamaient notamment des actions concrètes contre le racisme systémique.

La coalition Justice for Abdirahman défend la cause d'Abdirahman Abdi, un Canadien d'origine somalienne âgé de 37 ans, mort à la suite d’une arrestation à laquelle Daniel Montsion a participé le 24 juillet 2016. Ce dernier a été reconnu non coupable des trois chefs d'accusations qui pesaient contre lui.

Avec les informations de Nafi Alibert et de Natalia Goodwin de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !