•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les petites entreprises veulent des aides rapides et un interdit d'expulsion

La devanture d'un magasin où il est écrit que l'enseigne va fermer et que les articles y sont vendus à rabais.

Selon un sondage, un quart des membres de la Chambre de commerce de l'Ontario ayant 20 employés ou moins disent ne pas pouvoir survivre à un autre confinement.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

Les petites entreprises et la Chambre de commerce de l'Ontario accueillent favorablement la subvention d'urgence du Canada pour le loyer, mais estiment que les fonds doivent être rapidement accessibles maintenant que plusieurs parties de la province s’apprêtent à entrer dans un nouveau confinement et que les expulsions commerciales sont de nouveau permises en Ontario.

Il est déjà trop tard pour Darwin Miranda, qui a ouvert son centre d’arts martiaux Krudar Muay Thai dans le quartier de Kensington Market, à Toronto, il y a 15 ans.

Nous respectons les restrictions de la santé publique depuis le tout début et nous comprenons que la fermeture d'une entreprise est nécessaire pour lutter contre cette pandémie, a déclaré M. Miranda, dont le gymnase a annulé les cours en personne depuis huit mois.

Après avoir pris quatre mois de retard sur le loyer au début du mois, soit quelques jours seulement après l'expiration de l'interdiction ontarienne des expulsions commerciales, il a été choqué de constater que les clés de son local ne fonctionnaient plus.

Portrait d'un homme en T-shirt

Darwin Miranda, propriétaire de Krudar Muay Thai dans le quartier de Kensington Market à Toronto

Photo : Krudar Muay Thai

À notre arrivée, les serrures avaient été changées, raconte l’entrepreneur.

Le propriétaire avait saisi les actifs de l'entreprise et laissé un avis d'expulsion.

Darwin Miranda, propriétaire de Krudar Muay Thai

Le plus triste est que nous savons que nous ne sommes pas seuls. Il y a des milliers de petites entreprises dans la même situation, ajoute-t-il.

Et son histoire pourrait devenir encore plus courante avec l’instauration d’un nouveau confinement dès lundi dans les régions de Toronto et Peel.

Contrairement à l’aide fédérale qui avait été mise en place précédemment, la nouvelle subvention au loyer ira aux locataires plutôt qu'aux propriétaires. Une avancée que les petites entreprises réclamaient depuis longtemps, selon Rocco Rossi, président et chef de la direction de la Chambre de commerce de l'Ontario.

Nous sommes ravis que ce soit maintenant axé sur les locataires, mais l'argent doit circuler, prévient-il toutefois.

Rocco Rossi en conférence de presse derrière un podium.

Le président de la Chambre de commerce de l'Ontario, Rocco Rossi.

Photo : Radio-Canada / Claudine Brulé

Les nouvelles subventions, annoncées vendredi, fourniront jusqu'à 65 % d'aide au loyer. Les petites entreprises se situant dans les zones confinées peuvent demander une subvention supplémentaire de 25 %, pour une aide qui totaliserait 90 % de leur loyer.

Les réclamations pourraient être faites rétroactivement pour la période débutant le 27 septembre.

Gwen Bang de la zone d'amélioration commerciale du marché de Kensington (Kensington Business Improvement Area) dit qu'elle espère que les propriétaires ne seront pas oubliés en matière d'aide financière.

Une femme se tient debout dans un restaurant

Gwen Bang de la zone d'amélioration commerciale de Kensington (Kensington Business Improvement Area) explique que les propriétaires sont aussi des entrepreneurs et doivent être aidés car plusieurs locataires ne peuvent pas payer leur loyer.

Photo : Zone d'amélioration commerciale de Kensington

Nous demandons également un soutien aux propriétaires commerciaux dont les locataires ne peuvent pas payer parce que leurs moyens de subsistance sont détruits par la pandémie COVID-19, a-t-elle déclaré.

Un point que soutient Rocco Rossi. De nombreux propriétaires sont eux-mêmes de petites entreprises et doivent couvrir leurs propres dépenses, souligne-t-il.

Tous nos membres veulent faire ce qu'il faut, donc les aides financières doivent venir en même temps que vous restreignez leur capacité à faire des affaires, et c'est la même chose pour les propriétaires et les locataires.

Rocco Rossi, président de la Chambre de commerce de l'Ontario

En même temps que l’annonce du confinement de Peel et Toronto, vendredi, le premier ministre Doug Ford a présenté un plan de 600 millions de dollars en soutien aux entreprises pour compenser les coûts d'électricité et les impôts fonciers.

La Chambre de commerce de l'Ontario vient de terminer un sondage en octobre, et pour nos membres de 20 employés ou moins, un quart d'entre eux disent qu'ils ne survivront pas à un deuxième confinement, a déclaré le président.

J'ai entendu des membres du secteur de la restauration et de l'hôtellerie dire que plus de 50 % de tous les restaurants feraient faillite avant la fin de la crise.

Pour Darwin Miranda, il faudrait une interdiction d'expulsion commerciale rétroactive en plus des subventions.

Sans ces deux soutiens, nos communautés perdront leurs petites entreprises, la perte d'emplois sera importante et nous perdrons le tissu même qui renforce les liens entre nos communautés.

Avec les informations de Philip Lee-Shanok de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !