•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bilan positif pour le 34e Festival international du cinéma francophone en Acadie

Une feuille sur laquelle est écrit : LE SILENCE, déposée sur un siège dans une salle de cinéma.

Le film de Renée Blanchar, « Le Silence », a reçu le prix La Vague Léonard-Forest.

Photo :  Facebook (@FICFA)

Le 34e Festival du cinéma francophone en Acadie (FICFA) intitulé « Édition Linge mou » s’est terminé vendredi. Les films ont été présentés cette année majoritairement de façon virtuelle, et le FICFA enregistre un bilan positif, avec plus de 5400 visionnements en ligne, dans tout le pays, en neuf jours.

Ce nombre représente des foyers, et un sondage sera effectué sous peu pour calculer le nombre de spectateurs total.

Les données recueillies dépassent de loin nos attentes, a indiqué le directeur général du FICFA , Marc Gauthier.

Les séances de films étaient systématiquement visionnées par un plus grand nombre de foyers que de billets individuels que nous vendons pour les salles.

Au total, 63 films ont été présentés entre le 12 et le 20 novembre, dont six séances en salle de cinéma, et onze entretiens inédits avec des cinéastes.

L'athlète portant un maillot de bain rouge est vue ajustant ses lunettes de nage.

La nageuse Katerine Savard, dans une image tirée du film Nadia, Butterfly.

Photo : NÉMÉSIS FILMS

Selon Marc Gauthier, ce festival était avant tout une expérience, une tentative d’offrir un festival à la hauteur des attentes des gens qui suivent fidèlement le FICFA.

Cette année, le FICFA aura également eu l’avantage de permettre à un total de 14 264 élèves du Nouveau-Brunswick d’assister à une présentation d’un film en salle de classe.

Les activités offertes en parallèle des visionnements ont également apporté un réel dynamisme et une offre diversifiée, malgré le contexte actuel de la pandémie de COVID-19.

Les lauréats 2020

À la suite de délibérations exceptionnellement faites en ligne par le jury du festival, sept prix La vague du FICFA ont été décernés jeudi. 

  • Prix La vague du Meilleur long métrage de fiction international d’animation
    JOSEP d’Aurel (France)
  • Prix La vague UNIS TV du Meilleur long métrage de fiction canadien 
    NADIA, BUTTERFLY de Pascal Plante (Québec)
  • Prix La vague du Meilleur moyen ou long métrage documentaire 
    ERRANCE SANS RETOUR de Mélanie Carrier et Olivier Higgins (Québec)
  • Prix La vague Léonard-Forest de la Meilleure œuvre acadienne moyen ou long métrage
    LE SILENCE de Renée Blanchar (Acadie) 
  • Prix La vague du Meilleur court métrage international
    AMOURS SYNTHÉTIQUES de Sarah Heitz de Chabaneix (France)
  • Prix La vague du Meilleur court métrage canadien
    LUNE de Zoé Pelchat (Québec)
  • Prix La vague ACIC/ONF de la Meilleure œuvre acadienne court métrage
    UNE FAÇON D’ÊTRE ENSEMBLE de Francine Hébert (Acadie)

Le jury a également donné une mention spéciale à l’actrice Kelly Dépeault du film LA DÉESSE DES MOUCHES À FEU (Québec), ainsi qu’au film SLALOM et à sa réalisatrice Charlène Favier (France).

Le prix La vague Coup de cœur, choisi par le public, n’a pas été décerné cette année, en raison du contexte pandémique.

Le festival sera de retour l’an prochain, pour sa 35e année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !