•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Apaisement entre le gouvernement du Québec et les médecins spécialistes

Portrait de Diane Francœur et de Christian Dubé.

La Dre Diane Francœur, présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, et Christian Dubé, alors président du Conseil du Trésor, en décembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Hugo Lavallée

La pratique des médecins spécialistes dans les hôpitaux du Québec sera dorénavant mieux définie et balisée.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), Diane Francœur, ont annoncé être parvenus à une entente de principe sur les conditions de pratique des médecins.

Il s’agit du gain le plus important des médecins spécialistes dans l’histoire moderne de la Fédération, a soutenu Mme Francœur, évoquant une annonce qui redéfinira la relation entre les médecins spécialistes et leur établissement, l’endroit où ils travaillent, l’endroit où ils évoluent, l’endroit où ils soignent les Québécois.

En 2017, le gouvernement libéral avait adopté le projet de loi 130 qui prévoyait un encadrement plus strict des conditions de pratique des médecins spécialistes dans les établissements de santé du Québec.

Le ministère de la Santé, alors dirigé par Gaétan Barrette, avait expliqué vouloir renforcer les obligations des médecins au regard des établissements et s’assurer d’une participation plus active de leur part dans l’obligation de délivrance des services des établissements.

Un compromis trouvé

Face à l’opposition de la FMSQ, des articles du projet de loi avaient été suspendus et un comité avait été formé afin de trouver des compromis.

Le groupe nous a présenté des recommandations, puis nos équipes se sont mobilisées dans la dernière semaine, a annoncé Christian Dubé aux médecins spécialistes réunis virtuellement. Je suis très fier de vous annoncer aujourd’hui que cet effort-là a porté ses fruits. J’apprécie tout le travail qui a été fait et on est à finaliser les derniers éléments de ce protocole d’entente là.

Selon ce qu’il a été possible d’en apprendre, l’entente précise le mécanisme d’obtention et de maintien des privilèges des médecins en établissement. Elle prévoit aussi les niveaux de disponibilité minimale que les spécialistes devront offrir en établissement, tout en tenant compte des médecins en fin de carrière, ou de ceux en congé d’invalidité.

En échange de plus grands engagements de la part des membres de la FMSQ, les établissements devront fournir davantage de ressources aux médecins pour leur permettre d’accomplir leur travail.

Apaisement

Après de vifs échanges au printemps, le ton semble s’être apaisé entre le gouvernement et la FMSQ. Le 15 avril dernier, en pleine première vague, le premier ministre Legault avait pris à partie les médecins spécialistes en point de presse, leur reprochant de ne pas en faire suffisamment pour endiguer la pandémie dans les CHSLD.

Dans son discours devant ses membres, la présidente de la FMSQ a soutenu que 2400 médecins spécialistes avaient finalement contribué à l’effort dans les établissements pour aînés.

Les dernières années n’ont pas été un long fleuve tranquille. À la lumière des événements présents, les batailles d’hier semblent toutefois bien peu de chose, a relativisé Diane Francœur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !