•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Noël en Saskatchewan, les politiciens restent prudents

Des décorations de Noël et un masque suspendus à une corde.

Le gouvernement de la Saskatchewan n'a pas encore pris de décision à savoir si les rassemblements de plus de cinq personnes seront autorisés.

Photo : getty images/istockphoto / Sergey Chayko

Vincent H. Turgeon

Un peu plus d’un mois avant Noël, les Saskatchewanais restent dans l’incertitude concernant les célébrations et rassemblements de fin d’année.

Alors que le gouvernement du Québec a rendu publiques les différentes mesures et permissions pour le temps des Fêtes dans la belle province, le gouvernement de la Saskatchewan n’a quant à lui pas encore pris de décision à ce sujet.

Questionné à savoir si le gouvernement prévoyait de permettre des rassemblements intérieurs avec plus de cinq personnes, le ministère de la Santé de la Saskatchewan a affirmé qu’il était encore trop tôt pour le savoir.

Nous savons que nous devons changer nos comportements si nous voulons voir une diminution de la transmission en décembre, écrit le ministère dans une déclaration faite à Radio-Canada. Nous connaîtrons dans les prochaines semaines l'effet des mesures récemment mises en place. Cela va nous guider pour Noël.

Du côté de l’opposition, les néo-démocrates restent également prudents, disant que tout dépendra de la progression du virus dans les prochaines semaines.

Le chef du parti, Ryan Meili, réitère ses demandes au gouvernement de mettre en place des mesures plus sévères et d’instaurer un confinement de trois semaines. Selon lui, de telles actions pourraient grandement ralentir la propagation de la COVID-19 en Saskatchewan et permettre un temps des Fêtes plus sécuritaire.

J'espère qu'on prendra les actions nécessaires, qu'on [réussira à] prévenir ce qu'on a vu qui est possible hier avec la présentation du Dr. Shahab, a souligné M. Meili en faisant référence aux projections présentées jeudi par la province.

D’ailleurs, le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, a également réagi à la décision du Québec concernant les festivités de fin d’année. Il croit lui aussi qu’il est encore temps de renverser la vapeur et de sauver Noël.

Un temps des Fêtes pas comme les autres

Dans tous les cas, les réjouissances de fin d’année seront bien différentes. Une situation qui pourrait avoir un impact sur la santé mentale de certains.

La conseillère familiale Marcie Dupuis croit cependant qu’il est encore trop tôt pour s’inquiéter du réveillon, la situation se développant rapidement. Il serait donc négatif d'ajouter un stress inutile pour le moment, dit-elle.

Elle reconnaît également que la décision personnelle de se rassembler ou non risque de créer des conflits. Toutefois, peu importe ce que l’on choisit de faire, elle rappelle qu’il est important de ne pas se culpabiliser.

Il est important de faire ce que vous croyez être le mieux pour votre famille, dit Marcie Dupuis. Certains ne seront pas d’accord avec vous, peu importe votre décision. Pour le moment, le mieux que vous puissiez faire, c’est de choisir en ayant les meilleures intentions pour vos proches.

Avec les informations de Karolina Rozwadowski et de Rémi Authier

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !